Tournai : la ville d’histoire doit se choisir un futur

 La cité des Cinq Clochers à l’aube de nombreux défis

Christian Massy cédera son écharpe mayorale à son remplaçant. Photo Coralie Cardon

Pavés déchaussés, rues éventrées, quartiers coupés… Tournai et plus spécialement son centre historique subissent une revitalisation profonde dont elle porte encore les stigmates. Les nouveaux élus auront à clore ce chapitre douloureux pour les habitants et les commerçants avant, sans doute, d’en entamer un autre plus compliqué encore. L’élargissement de l’Escaut permettant le passage des bateaux de gros gabarits sera à coup sûr un des gros enjeux politiques de la décennie à venir. Présenté comme un mal incontournable pour le développement économique de la ville, ce chantier titanesque impliquera de modifier le Pont des Trous, monument historique cher au cœur des Tournaisiens. Mais alors que ce sujet a focalisé l’attention jusqu’ici, celui de l’élargissement du canal à hauteur du Pont à Pont est sans doute celui qui sera le plus impactant pour les gens : une ville coupée en deux, un chantier long et coûteux avec peut-être des expropriations à la clé. Bref, des débats houleux en perspective et des décisions qu’il faudra assumer coûte que coûte.

D’autant que le centre-ville aspire à plus de calme et de stabilité. Les travaux ont entamé le moral des petits commerçants dont beaucoup ont mis la clé sous la porte. La perspective de l’extension du centre commercial Les Bastions en périphérie ne les rassure guère tandis que les problèmes de stationnement (contrôles trop fréquents, places insuffisantes…) reviennent souvent sur la table du conseil communal. Si la majorité actuelle est parvenue à quelques avancées (parking souterrain rue Perdue, quart d’heure gratuit, élargissement de l’heure de table…), cela ne semble pas suffire aux yeux des usagers.

Des Tournaisiens qui, depuis quelques mois, se sentent de moins en moins en sécurité dans leur ville. Réputée calme et sûre malgré son sens de la fête, Tournai a entamé un long déclin sécuritaire depuis le meurtre de Julien Maertens en 2009 sur la Grand-Place. Depuis, la ville s’est régulièrement illustrée pour ses bagarres les nuits de week-end et dernièrement, le viol d’une femme sur le quai un samedi soir. Un drame qui a traumatisé la population au point d’imposer le thème de la sécurité à cette campagne. Le problème devra être pris à bras-le-corps par la prochaine majorité qui ne manquera pas de travail. La fusion hospitalière et la désorganisation des services médicaux soulèvent aussi leur flot de critiques. Et dans leur agenda chargé, les élus devront veiller à faire une place aux villages. Trop souvent mis de côté au profit du centre-ville, les 40.000 villageois restent pourtant majoritaires dans cette ville de 76.000 habitants.

Sandra Durieux
Cette entrée a été publiée dans Région wallonne, Tournai, toutes les communes. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>