Tubize face aux promoteurs

 Douze ans de relations controversées

Fabelta Sud c'est aujourd'hui un ensemble de logements et de commerces. Photo René Breny

En 1995, quand je suis devenu bourgmestre, dans mon premier discours au soir des élections, j’ai annoncé des temps difficiles. On savait qu’on allait gérer une ville compliquée. Après la faillite de Fabelta se profilait celle des Forges… »

C’est en évoquant le passé que le bourgmestre Raymond Langendries (RC) a inauguré, fin septembre, « Côté Senne », 6.800 m2 de commerce et 182 appartements sur l’ancien site de Fabelta Sud. Un partenariat entre la commune et le privé, en l’occurrence Equilis (Mestdagh) et Delzelle Résidentiels, a rendu cette renaissance possible.

La commune a racheté, dès 1997, une série de terrains industriels dont Fabelta Sud, Fabelta Nord et Brenta. Elle s’est ensuite mise en quête de partenaires privés pour les redévelopper. Mais il y a peu de conseils communaux où, lorsque ces gros dossiers sont évoqués, on échappe au refrain des « cadeaux aux promoteurs »

« Laisser croire que le pouvoir public peut développer une ville seul est une tromperie, tranche Raymond Langendries. Allez voir comment on fait à Mons ! L’essentiel est de trouver les bons partenaires. Pour Fabelta Sud, on voulait du commerce mais aussi du logement sur ce site proche du centre et de la gare. Plusieurs sociétés avaient des projets commerciaux : on a fermé la porte. La proposition de Mestdagh, elle, correspondait à nos attentes. »

S’appuyer sur le privé pour développer la ville, pour Najat Mohdad, tête de liste DS, c’est une évidence : « Nous avons des hectares à transformer, il faut aller chercher les moyens où ils sont. Cela permet aussi de gagner beaucoup de temps dans la gestion de ces dossiers. Dans ces partenariats, tout est négociable : c’est au collège à veiller à l’intérêt des citoyens, et c’est ce qu’il fait. »

Côté PS, d’accord pour s’appuyer sur le privé mais à Fabelta, la commune a acheté le terrain, l’a équipé, et c’est le promoteur qui a fait l’affaire. « Un partenariat, c’est du win-win, commente Michel Januth. Ici, cela a coûté au contribuable et cela rapporte au privé… »

Le bourgmestre rétorque que les prix de vente étaient suffisamment intéressants pour attirer les partenaires mais corrects au regard du marché. Et qu’il faut surtout prendre en considération les impôts qui arriveront chaque année dans les caisses communales grâce aux nouveaux habitants et aux commerces créés. « Fallait-il pour cela brader les terrains ? », contrecarre Michel Januth. Dans le projet PS, les sites de Brenta et d’Electrabel s’appuient aussi sur le privé pour leur développement. Mais d’autres, comme une partie de Mondi, gardent une destination publique avec la construction d’une grande académie.

Les Ecolos, eux, regrettent qu’on n’ait pas imposé au privé, à Fabelta, plus d’équipements écologiques. Et les Verts soulignent que l’augmentation de la population ne fait pas que rapporter des recettes. Elle implique de créer des crèches, des écoles…

Côté MR, Pierre Pinte n’a pas d’objection à la collaboration entre la commune et des promoteurs. A condition qu’on ne vende pas n’importe quoi : « Un autre souci, c’est la proximité entre la majorité et les promoteurs. Je ne pense pas qu’il y ait des irrégularités mais quand un promoteur sponsorise le club de foot présidé par le bourgmestre… Il ferait mieux de s’écarter de cela à l’avenir. »

Samuel D’Orazio (DPS), y va plus franchement : pour lui, un promoteur qui sponsorise un club attend forcément un retour. Quant à dire que le privé est incontournable, on a bien trouvé un million d’argent public pour une tribune…

« Est-ce anormal, pour des grosses entreprises de Tubize, de s’impliquer dans le développement sportif ou culturel de la commune ?, réplique Raymond Langendries. Cela se fait partout. Que ceux qui insinuent des choses déposent plainte ! Ils savent que je ne joue pas ce jeu-là. »

Vincent Fifi
Cette entrée a été publiée dans Région wallonne, toutes les communes, Tubize. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>