Namur : débat nerveux pour capitale en mouvement

De gauche à droite : Arnaud Gavroy (Ecolo), Eliane Tillieux (PS), Maxime Prévot (bourgmestre CDH) et Anne Barzin (MR). © Sylvain Piraux.

On craignait un échange mou, ennuyeux. Notre Grand Débat électoral à Namur sera riche, tendu, nerveux. Maxime Prévot, le bourgmestre assis dans le fauteuil laissé par Jacques Etienne, le dira : « Namur doit oser l’audace. »

Eliane Tillieux, la tête de liste PS – premier parti de la ville il y a six ans – a du mérite. Sur le terrain elle est seule contre tous. Pas sûr que son statut de ministre l’aide vraiment. Elle se bat : « Non, les jeux ne sont pas faits pour Maxime Prévot. » Le CDH Prévot, l’Ecolo Arnaud Gavroy et la MR Anne Barzin n’ont pas signé d’accord préélectoral pour reconduire leur coalition, mais c’est épidermique : on sent une proximité, on voit les convergences et on constate qu’ils ont envie de poursuivre la politique entamée. Car l’essentiel les oppose à la leader socialiste qui rejette le projet de Ville verte et le schéma de structure, nés d’Ecolo. Tillieux n’en veut pas et le remettra en cause, au pouvoir. Pourquoi Arnaud Gavroy ne dit-il pas, comme Isabelle Durant à Schaerbeek, que ce sera le CDH ou rien ? Il dit vouloir se présenter à l’électeur sur son slogan « Ville durable, Ville désirable » et obtenir le go des citoyens pour poursuivre le travail lancé. Gavroy fait d’ailleurs de cet axe le positionnement de « Namur Capitale ». Prévot, lui, insiste : la Ville verte est devenue le projet de tous, après amendements. Barzin opine. Le clan des trois défie Tillieux : « Bonne chance pour tout refaire, il faudra repayer, cela prendra 4 ou 5 ans. » Barzin raille

Tillieux lorsqu’elle dit vouloir tenir compte du Namur d’avant la fusion des communes, sans en privilégier certaines : « Dépassé, intenable financièrement, irréaliste. »

Gavroy opine : « Il y a eu un grand travail de concertation, ce serait une erreur de tout détricoter pour des raisons électorales. »

Tout le débat sera dans le genre : Tillieux attaque et se fait tacler par les trois autres. Ainsi en va-t-il du projet de TAU (Transport automatique urbain) de Prévot. Tillieux rejette : « Irrelevant car hors législature. » Prévot se dit affligé : « Quand on a une vision, on ne la limite pas aux six ans qui viennent. » Ecolo et MR surenchérissent. Gavroy : « On travaille à 10, 20 ans. Les dernières années, on a fait les plans du nouveau Namur, on a labouré, maintenant on va récolter. C’est sur trois législatures qu’une ville se développe. Liège a osé rêver son tram, on doit arrêter de vouloir se refréner. » « Comme pour la dalle de la gare », ponctue Barzin.

Namur capitale : Tillieux parle d’accueil de fonctionnaires, de politique démographique, d’un travail intensif avec les autres niveaux de pouvoir. Les autres ont un mot en bouche : ambition. Ville durable pour Gavroy, culture et numérique pour Prévot, hôtellerie, tourisme, et image internationale pour Barzin.

Luc Schares, Béatrice Delvaux, Eric Burgraff, Noëlle Joris

La suite du débat sur notre site internet

Cette entrée a été publiée dans Namur, Région wallonne, toutes les communes, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>