Tervuren : Shahram Matinfar, le seul candidat non européen en périphérie

C’est à Etterbeek que Sharham Matinfar découvre que « chaque citoyen peut jouer un rôle important au niveau de la politique de sa commune ». © D.R.

rencontre

Shahram Matinfar est aujourd’hui un homme heureux. Père de trois enfants, responsable de l’antenne Actiris de Schaerbeek, il est à Tervuren le seul candidat non européen à se présenter aux élections communales. 17e sur la liste Groen+, c’est avec fierté qu’il évoque le chemin parcouru depuis ce qu’il appelle sa « deuxième naissance ».

Nous sommes le 17 mars 1986 et sa vie va basculer du jour au lendemain. Lui a 24 ans, son petit frère 14. Et ensemble ils quittent l’Iran pour venir s’installer en Belgique comme réfugiés politiques. L’arrivée à l’aéroport dans un froid de canard, les premières nuits sur des brancards… Shahram Matinfar ne voudrait plus jamais revivre ces premiers moments. Jusqu’au jour où des places se libèrent dans une maison d’accueil à Braine-le-Comte… avant qu’une famille flamande ne les accueille lui et son frère cadet. « C’était pour nous l’occasion de commencer une vraie vie sociale », explique-il. Le français, il l’apprend surtout à l’université. Un diplôme de sciences politiques en poche, il se lance dans le monde professionnel où il subit de plein fouet la discrimination à l’embauche encore plus prégnante à l’époque. Après avoir exercé plusieurs petits jobs, il finit enfin par trouver du travail dans le secteur… de l’emploi.

Shahram Matinfar commence à s’intéresser de près aux enjeux politiques locaux. Il habite alors avec son épouse à Etterbeek et les élections communales de 2000 sont pour lui l’occasion de se lancer. « La politique locale est le centre de la démocratie, dit-il. C’est en s’y investissant qu’on peut réellement améliorer la vie des citoyens de sa commune. » Conseiller communal Ecolo à Etterbeek entre 2000 et 2006, il découvre que « chaque citoyen peut jouer un rôle important au niveau de la politique de sa commune. »

Ayant quitté la Région bruxelloise il y a trois ans pour aller s’installer à Tervuren, le voilà aujourd’hui à nouveau plongé dans le jeu politique local. Et il l’assure : « Je n’ai pas fait de campagne communautariste. Je ne fais pas campagne en tant qu’étranger pour les étrangers. Maintenant, il est clair que le fait d’être d’origine étrangère m’amène certainement à poser un regard différent sur les choses. C’est pour moi une richesse que j’ai envie de partager. » Il se dit par son parcours davantage sensible à certains aspects de la vie en communauté et la majorité sortante (CD&V/N-VA-GT-VLD) a d’après lui fait fausse route dans sa politique d’intégration. « Ils essaient d’encourager les étrangers à apprendre le néerlandais mais ils le font de manière inadaptée. Cette sensibilisation doit se faire de manière beaucoup plus positive en mettant par exemple l’accent sur l’intérêt qu’ont les non-néerlandophones de la commune à apprendre le néerlandais. »

Comités de quartier

Shahram Matinfar souhaite développer les comités de quartier pour en faire des outils d’intégration. « En favorisant les rencontres au sein de ces comités, on encourage les étrangers à parler le néerlandais car il leur est nécessaire pour communiquer avec les autres habitants. » Il souhaiterait par ailleurs qu’un coordinateur soit désigné par la commune afin d’organiser ces comités de quartier. « Des événements pourraient aussi être organisés pour valoriser la richesse des différentes communautés, poursuit-il. Elles sont encore trop séparées à Tervuren. »

Sur l’ensemble des candidats à Tervuren, soit 135 au total, seuls 8 sont étrangers, dont six sur la liste Groen+. « Ce n’est pas normal quand on sait que la commune compte 25 % d’étrangers, affirme Shahram Matinfar. Mais y a-t-il vraiment une volonté politique d’intégrer les étrangers ? Comment peut-on passer à côté de cette richesse ? »

Jérémie Lempereur
Cette entrée a été publiée dans Région flamande, Tervuren, toutes les communes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>