Mouscron : une campagne jalonnée de dérapages, contrôlés ou pas

A Mouscron, Grégory Fontaine a affirmé qu’il voulait faire réagir en posant avec son Kärcher. Le pari a été réussi, reste désormais à voir si cela va se traduire dans les urnes dimanche… © D. R.

Impossible d’être exhaustif. Les dérapages contrôlés ou pas ont été légion lors de la campagne qui – heureusement diront certains – se termine. Inutile ici de revenir sur les humoristes en herbe qui s’en sont donnés à cœur joie dans leurs clips vidéos plus ou moins réussis, le festival du rire de Rochefort leur tend les bras en cas d’échec dimanche soir. Place aujourd’hui aux vrais dérapages, les moins glorieux. Ceux empreints de méchanceté ou de bêtise.

Début septembre, l’un des cas avait été recensé à Mouscron. Inspiré par Nicolas Sarkozy qui avait exprimé en son temps le souhait de « nettoyer les cités au Kärcher », le MR Gregory Fontaine avait posté sur sa page Facebook une photo de lui posant dans son jardin avec un nettoyeur à haute pression. Sous le cliché, ces mots : « Sécurité, c’est la clef. »

Dérapage ou pas ? Pour le candidat, la réponse est non. « Je voulais jeter un pavé dans la mare. Il faut arrêter de se voiler la face et ouvrir un vrai débat de fond par rapport aux problèmes d’insécurité. Nous devons apporter de vraies réponses aux questions de nos concitoyens », avait-il dit.

Ces derniers jours, à Mouscron toujours, c’est Hassan Harraga, 23e sur la liste CDH qui défraye la chronique. Il tenterait de convaincre les électeurs de ne pas voter pour des femmes. Il fait d’ailleurs l’objet d’une attention particulière de la part d’Alfred Gadenne, mayeur sortant et tête de liste CDH qui a promis des sanctions si les faits étaient avérés.

Les cibles du candidat sont plusieurs femmes, comme lui, d’origine maghrébine. Il y a Fatima Ahallouch (13e sur la liste) et Samira Bouguerra (9e) au PS ainsi que Rachida El Ouardi (30e) au MR. Trois femmes intégrées qui se décrivent avant tout « comme Belges, Mouscronnoises et au service de leurs idées. »

Les deux candidates socialistes disent subir des pressions indirectes. Des affiches et des flyers auraient été arrachés, des rumeurs malveillantes auraient été lancées au sein de la communauté musulmane. « M. Harraga nous discrédite en invitant les hommes à ne pas voter pour une femme les femmes arabes qui n’ont rien à faire en politique, regrettent Fatima Ahallouch et Samira Bouguerra. En fait, il voudrait attirer à lui tout le vote communautaire en se présentant même comme l’homme de la mosquée. »

Contacté ce jeudi par nos collègues du Nord-Eclair, Hassan Harraga a répondu qu’il n’est « ni un intégriste, ni un islamiste. Je pense que toutes les femmes ont leur place en politique. Ce que dit ce matin dans Nord-Eclair la mosquée de Mouscron est vrai : je ne suis pas le candidat officiel de la mosquée. Je ne veux pas rajouter de polémique à tout ça. Je veux juste dire que ce dont on m’accuse est faux. Il n’y a rien à dire de plus ».

Mais Mouscron n’a pas le monopole de la polémique. En début de campagne, Sudpresse évoquait un candidat marcinellois à l’élection provinciale, Maximilien Lerat (PS), 21 ans, avait aussi mis le feu. Il apparaissait dans un clip vidéo de rap intitulé Un pour tous, tous à poil. À la limite du porno. « Mais c’était il y a deux ans », minimise le garçon. « Warning interdit aux moins de 18 ans », indique la vidéo dans les premières secondes.

Maximilien Lerat a-t-il été piégé ? Il le clame. « Nous n’étions pas invités pour un clip, mais l’anniversaire du rappeur l’AB2C dans un jacuzzi à Bruxelles. Nous n’étions pas au courant qu’un clip allait sortir de tout cela. J’ai d’ailleurs demandé que cela disparaisse. Ce gars, je le connais à peine. » Reste que pour l’image de la femme, si chère au PS, ça fait désordre… Surtout avec le slogan que défend Maximilien Lerat : « le respect de la jeunesse à la sagesse ».

Début septembre, à Braine-le-Comte, c’est le candidat IC, proche du CDH, Jacques Peyraga qui était exclu de la liste par son président. Sur les réseaux sociaux, il avait lancé des accusations de racisme à l’encontre du bourgmestre MR Jean-Jacques Flahaux. Un peu trop maladroitement, selon son président de section Pierre A. Damas.

Frédéric Delepierre
Cette entrée a été publiée dans Mouscron, Région wallonne, toutes les communes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>