Why?, Marissa Nadler et Phosphorescent : dilemmes

Si la curiosité est un vilain défaut, on ne s’en mord pas toujours les doigts. Jeudi soir, sur le coup de 21 heures, elle nous a fait voyager entre les différentes jauges du Bota. Faut dire qu’entre Why ?, Marissa Nadler et Phosphorescent, il fallait se lever tôt pour faire son choix.

On commence sous le chapiteau alors que beaucoup de monde, l’oreille plus ou moins attentive, picole sur les marches jouxtant les serres. Why ? propose un hip-hop frais et sophistiqué sans se la péter. Aussi pop que convaincant, le collectif d’Oakland présente avec doigté quelques titres de son excellent dernier album, « Alopecia », sorti en mars dernier. Contrairement au concert, on a du mal à décoller.
On abandonne, la mort dans l’âme, les Californiens. Impossible de s’engouffrer (on reste sur les marches et la pointe des pieds) dans la Rotonde. Tout le monde fait du sitting, la tête dans les étoiles, bercé par la voix céleste de Marissa Nadler. Fille de peintre, sœur de guitariste et romancier, la jeune native (27 ans) de Washington DC est issue d’une famille d’artistes. Elle en impose avec un folk plutôt traditionnel et un timbre à la Hope Sandoval, Sandy Denny.
Au bord de la crampe, on se décide à pousser une pointe jusque l’Orangerie pour la fin de Phosphorescent. L’assistance est clairsemée. Il fait frais (on supporterait même un petit gilet) mais Matthew Houck, à nouveau en solo, est aussi renversant que lors du festival Domino. Ce New-Yorkais, qui partage un immeuble à Brooklyn avec, excusez du peu, des membres de Vampire Weekend et TV on the radio, tient la dragée haute à des Neil Young et des Kurt Cobain (période unplugged)… « Wolves » donne la chair de poule avec ses jeux de voix hypnotisants.
S’il se vante d’être le meilleur singer songwriter actuellement en tournée européenne, on a dû mal à lui donner tort. Et quand on sait qu’il décrète Phosphorescent meilleur groupe des Etats-Unis, on a déjà envie de se rendre au Cactus brugeois, début juillet, pour accueillir le bonhomme avec ses musiciens. Phosphorescent a tout d’un (très) grand.

J.B.

http://www.myspace.com/whyanticon
http://www.myspace.com/songsoftheend
http://www.myspace.com/phosphorescent

Toutes les Nuits Botanique sur Frontstage



commenter par facebook

3 commentaires

  1. Lio

    9 mai 2008 à 15 h 38 min

    Une petite review par ici pour vous faire une idée pluus précise sur les autres concerts du soir … http://concerts-review.over-blog.com/

  2. Pingback: Why ? en interview audio | frontstage

  3. Pingback: Scout Niblett déchire la Nuit | frontstage

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>