11.000 personnes au 24e Verdur rock

Le Verdur rock a encore battu des records d’affluence, avec 11 à 12.000 visiteurs. Sans souci de sécurité.Tout commence par l’escalade de la citadelle.

Beaucoup l’ont réalisée à pied, vu l’excellente météo. Chacun à son rythme, certains jalonnant le parcours de pauses pour boire un coup. Il faut finir toutes les canettes et bouteilles avant d’arriver au sommet, où elles sont interdites. Conséquence : une marée de « cadavres » de boissons en tout genre, de la bière spéciale aux alcools forts, jonchent le sol aux abords du Théâtre de verdure. Plusieurs ont aussi déjoué la fouille.

En début de soirée, il y avait déjà près de 10.000 personnes au sommet de la citadelle, tandis que les festivaliers continuaient à affluer. Pour l’entrée en scène d’Hooverphonic, avec trois-quarts d’heure de retard, ils étaient 11 à 12.000 à avoir rejoint le site, selon les organisateurs et la police. Après le début du concert, plus moyen d’accéder au « chaudron ». Obligé d’observer le grand écran pour voir la belle Geike Arnaert. Mais impossible d’entendre sa voix, à cause de nombreuses musiques interférentes.

Le Verdur rock moderne réunit une mosaïque d’ambiances variées, voire contradictoires. Sur l’esplanade, un luna park s’est installé, attirant un public jeune, parfois très jeune (jusqu’à 4 ans). Juste à côté, devant la scène « off » de l’esplanade, une quinzaine balancent la tête au rythme imprimé par le dj. Plus haut, le Belvédère offre une ambiance du type « soirée de village », où certains restent assis tandis que d’autres sautent devant les baffles.

Mais c’est le parc qui est le plus prisé. Assis ou couchés dans l’herbe, les festivaliers n’écoutent pas forcément la musique. « On n’a pas vraiment regardé l’affiche. On est plutôt venu pour l’ambiance, la communion avec les gens », raconte le Hutois « French » Deltenre. « French » et ses amis n’ont pas hésité à planter trois tentes à l’intérieur du périmètre du festival. « On croyait qu’il y aurait un camping », explique « Shai » Gilles. « Il en faudrait un ! »

D’autres apprécient l’ambiance avec modération. « Il y a tellement de monde que l’on profite moins des musiques. On ne sait plus entrer dans le Théâtre », regrette Marc Saubain. « Moi, je suis surpris par la crasse qu’il y a par terre », s’indigne Philippe Luyten. « Il n’y a presque pas de poubelles. C’est contre-éducatif ». En chaise roulante, Julien Istat déplore la difficulté d’accès et l’absence de toilettes appropriées. Une file de 30 mètres maudit l’attente aux toilettes.

Sous la tente des secours, à l’heure de plier bagages, on se félicite : « C’est une année très calme », observe Luc Simon, responsable du dispositif qui a secouru une cinquantaine de personnes. Aucun cas grave ni coma éthylique à recenser. Tandis que les festivaliers redescendent dans l’obscurité, l’organisateur est ravi : « Le niveau du concours a été la principale bonne surprise », se félicite Philippe Gayet. Les « Bikinians », vainqueurs, ont été invités à Dour. Les seconds sont des locaux (Namur-Andenne) : les « Elvis black stars ». Ce n’est qu’un au revoir.

Benjamin Moriamé

Le myspace des Bikinians

Le myspace d’Elvis Black Stars

Verdur Rock


commenter par facebook

5 commentaires

  1. Krispy

    30 juin 2008 à 10 h 47 min

    Entièrement d’accord. La sécurité au Verdur est plutôt déplorable : entasser autant de monde dans un espace clôt comme ce “théâtre” me paraît franchement risqué. Au moindre incident, je ne sais vraiment pas ce que ça donnerait…

  2. Anastasios

    30 juin 2008 à 11 h 29 min

    Bonjour,

    Encore toutes mes félicitations à l’organisation. Ils ont réussi à faire converger tous les flux de circulation en un seul point! Et pour être vraiment sûr d’énerver un maximum de monde, ils y ont plaçé le bar!!!
    Sans parler de la seule caisse ouverte au moment clé de la soirée et des 3 serveurs au bar du haut. J’ai connu le même staff pour des soirées de 200 personnes, alors 11.000, imaginez!

    Heureusement que l’ambiance était sereine car tout était réuni pour énerver un maximum de festivaliers et donc générer des incidents.

    Wake up les wallons!

  3. hunky

    30 juin 2008 à 14 h 22 min

    Pas du tout d’accord avec ces grincheux…
    Organisation impeccable, facilité d’accès toute la soirée, parking possible sur l’esplanade, gens souriant et courtois,… rien à dire.
    Hé les gars… un festival cà reste un festival, qui plus est offert dans ce cas ci… on dit surtout merci.
    Artistiquement:
    Daan fut à nouveau impeccable et que dire de la pertinances de ses commentaires sur l’actualité linguistique du pays … (simple, vrai et de grande classe… bref un tout grand Monsieur), Hooverphonic toujours aussi “bons” en live, déception pour Saint André qui avait oublié sa voix…
    Mais c’est certain, le Verdur est le plus vieux rendez-vous wallon et de grâce, ne CHANGEZ RIEN!

  4. melanie

    1 juillet 2008 à 11 h 45 min

    Plutôt de l’avis de Hunky, je trouve que cette édition 2008 du Verdur était très réussie. Bonne ambiance et les groupes à l’affiche de grande qualité ! Et petit coup de pub en passant, si vous souhaitez retrouver toutes les photos de l’événement, venez visionner notre diaporama photos sur http://www.publinamur.be ;-) Et n’hésitez pas à donner le filon à toutes personnes qui pourrait être intéressée!
    Merci

  5. Pingback: Le Brussels Summer Festival s’ouvre en douceur | Le Soir | Actualités des Journaux

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>