Radiohead sur sa planète verte

Radiohead Sylvain PirauxCe qu’il ne faut pas faire pour obtenir de Radiohead qu’il se produise chez vous. Le groupe britannique sait se faire prier, et vendre cher ses charmes vénéneux. Considéré comme la tête d’affiche du festival dans son ensemble, la bande du petit Thom avait ainsi exigé de l’organisation de Werchter qu’elle s’adapte à sa nouvelle lubie verte.

L’enjeu est désormais planétaire, et au sens propre du terme: ne se déplaçant pratiquement plus qu’en véhicules roulant au biocarburant, les rockeurs entendent maintenant que leur ligne de conduite soit partagée par ses fans. A Paris, récemment, ils avaient ainsi offert des places aux valeureux journalistes qui se rendraient à bicyclette à leur concert. De la suite dans les idées : Radiohead n’avait accepté de fouler la boue de Werchter qu’après s’être assuré que le site était accessible par les transports en commun. Ce qui revient quasiment ici à réinventer l’eau chaude.

Sigur Ros Sylvain PirauxComme il est difficile d’imaginer que les 80 000 personnes réunies hier autour du groupe l’aient été pour des raisons écologiques, on supposera que c’est surtout pour la musique du groupe que beaucoup ont bravé les éléments. Avec une récompense de taille à la clef. Sigur Rós avait ouvert la voie une petite heure plus tôt, déversant des torrents de pureté musicale. Selon un schéma mélodique quasi immuable qui les voit fileter de longues plages atmosphériques, dans une lente montée en intensité préparant l’implosion. Avec son falsetto, le chanteur Jonsi se paye des airs d’ange tombés d’une autre planète, la Lune probablement. Avec cet archet qui fait des allers et retours le long de son manche de guitare, avec, à l’arrière, des cordes extatiques, le groupe s’offre des retour aux sources à l’occasion de “Svefng-englar”. Et l’on sait comme elles peuvent pures, en Islande, ces sources où le groupe puise une inspiration qui tient du divin. Venue d’ailleurs en tout cas

Comment dit-on merci en Islandais? Facile: “Takk”. S’ils se sont croisés en coulisses, c’est logiquement le mot que Thom Yorke a dû glisser à l’oreille de Jón Por “Jónsi” Birgisson. Le décor du concert du groupe d’Oxford a des allures futuristes. D’énormes néons verticaux entourent le groupe. Intouchable. Les écrans géants font défiler les gros plans. Le mystère Radiohead n’en est pas moins difficile à percer. Radiohead, samedi, a encore une fois tapé un grand coup. Sans radotage, sans racolage, sans concession, le groupe d’Oxford a fait honneur à son statut et sa réputation. Radiohead n’a plus de rival. Radiohead est au-dessus de la mêlée. Qui ne se serait pas fourvoyé ? Qui n’aurait pas perdu de sa superbe avec un virage radical comme celui emprunté en 2000 par Thom Yorke et sa clique ? Or, Radiohead est toujours là. Plus fort que jamais. Incarnant l’artiste qui a su faire évoluer sa musique en même temps que son public.

Doux, durs, dingues… Les Anglais sont irréprochables. Sans tomber dans le best-of (souvent de rigueur en festival), ils retracent une carrière sinueuse. Du rock aux expérimentations électroniques. « The National Anthem » (Kid A) met très vite les choses au clair.

« Lucky » (Ok Computer), « There There » (Hail to the thief), « Just » (The Bends)… On traverse les années avec passion et excitation. Ponctué de “Paranoid Android” et d’« Everything in its right place », le rappel est évidemment irréprochable. Du grand art.

J.B.

La setlist

Weird Fishes/Arpeggi
National Anthem
Lucky
All I Need
There There
Nude
Climbing Up The Walls
The Gloaming
15 Step
Faust Arp
How To Disappear Completely
Jigsaw Falling Into Places
Optimistic
Just
Reckoner
Idioteque
Bodysnatchers
Videotape
You And Whose Army
2+2=5
Paranoid Android
Everything In It’s Right Place


commenter par facebook

15 commentaires

  1. olivier

    6 juillet 2008 à 9 h 54 min

    J’adore Radiohead, je les ai vu plusieurs fois, mais je crois là qu’il disjoncte des réalités. Biocarburant, d’accord, mais quand on voit l’impact que cela a eu sur le prix des céréales en 2007… Roulez ou bouffez, faut choisir. Et comme impact sur l’environnement, y’a mieux les festivals, non? Vous n’avez jamais vu le nombre de camion electrogène qui tourne 24/24. Qu’ils fassent leur musique, mais pour la morale… Faut redescendre dans la rue les garsvous avez perdu pieds.

  2. xav

    6 juillet 2008 à 10 h 16 min

    l’impact des biocarburants sur le prix des céréales en 2007…est quasi inexistant.

    encore un qui croit tout ce que racontent les lobbys pétroliers…

    faut pas croire que tout ce qu’on lit dans les journaux ou tout ce qu’on voit à la tv est toujours vrai hein…

    ils n’arrêtent pas d’essayer de nous manipuler…

  3. viboek

    6 juillet 2008 à 10 h 43 min

    heuh…xav…faudrait penser à vraiment te renseigner sur la réalité des bio-carburants avant de lancer des propos pareils… Premièrement, ce sont ces mêmes lobby pétroliers qui rachètent chaque jour à coup de milliards ces nouvelles entreprises néo-colonialistes, qui sous couvert du label “produisons du carburant propret pour un monde meilleur”, sont effectivement non seulement en train de conquérir ,de manipuler et de “vider” des provinces entières de part le monde , à seul but de planter des millions d’hectares de céréales non-comestibles afin de produire assez de carburant pour nos bagnoles de riches toujours assoiffées! C’est un leurre. C’est le prochain eldorado. Et bien sur que cela commence a avoir un impact sur le prix des céréales et des huiles de consommation…Sans parler de ces millions de petits agriculteurs, en Ethiopie ou ailleurs qui se font acheter sans aucun complexe et qui se retrouveront après un cycle de 3 à 4 ans avec des terres complètement acidifiées et dessèchées… soit,renseigne toi. Ca vaut la peine et c’est édifiant…
    Et je suis d’accord avec Olivier… Radiohead est à ce sujet loin de suivre une saine logique même si c’est mon groupe préféré..

  4. viboek

    6 juillet 2008 à 10 h 51 min

    par ex…http://www.biodieselrealitycheck.com/
    Bon dimanche…//

  5. mtorence

    6 juillet 2008 à 15 h 52 min

    Quel concert exceptionnel!!

    the best band in the world!!

  6. olivier

    6 juillet 2008 à 15 h 57 min

    ah non the best band in ze world c’est Kiss.

    Je les ai vu samedi passé, ça dériche : Rock and Roll (sans prise de tête).

    Ceci dit j’ai tout les Radiohead.

  7. mtorence

    6 juillet 2008 à 17 h 35 min

    @ olivier

    kiss???

    c’est une blague??

    c’est du cirque mon cher ami lol

    et sans prise de tête??? lolllllllll

  8. FAB

    6 juillet 2008 à 19 h 47 min

    Les critiques des concerts de radiohead sont unanimes , leurs concerts sont irréprochables , avec un soucis de qualité sonore sans egal , pour les avoir vu à dix reprises depuis 96 et dernièrement a Bercy , je suis d’accord quand je lis qu’ils sont au dessus de la melée du rock,une créativité digne des BEATLES ,à voir absolument !!

  9. olivier

    6 juillet 2008 à 22 h 46 min

    Tout à fait d’accord avec FAB. Je l’ai vu également une dizaine de fois mais je les préfère de loin en salle quand festival leur musique cherchant à vous toucher ne convient pas pour ses grandes messes. C’est en ça que je dis que le meilleur groupe que j’ai vu en festival c’est Kiss. On peut les classer effectivement aux cotés des Beatles(’60s), mais aussi Pink Floyd(’70s) ou U2(’80s). Mais pour la première décennie de ce siècle? Y’a qui? Qui durera comme eux sur la longueur? La qualité? Reflexion : la musique est-elle devenue morte depuis quelle est dématérialiser par les téléchargement?

  10. olivier

    6 juillet 2008 à 22 h 47 min

    quand je dis : on peut les classer je parle de Radiohead, pas Kiss

  11. cler

    7 juillet 2008 à 9 h 20 min

    Pour Radiohead, je suis tout à fait d’accord. Ils sont au-dessus de tout. La mise en scène est créative, originale (j’adore le split des caméras qui cadrent comme une webcam) et on évite effectivement le cliché “best-of”, même si je suis toujours ravie d’entendre Idiotheque ou National Anthem.
    Par contre pour Sigur Ros, j’étais un peu déçue. Je pense que leur musique ne se prête pas du tout à un festival. La prestation était bonne mais ça manquait de chaleur tout ça. A revoir donc.

  12. xav

    7 juillet 2008 à 10 h 25 min

    viboek,

    mais de quoi parles-tu nom d’une chique?! tu me dis de me renseigner?!

    En Europe, seulement 3% des la SAU est actuellement utilisée pour la production de biocarburant (éthanol et diesel) aujourd’hui en Europe! Si tu considères le million d’hectare récemment libéré suite à la réforme du régime sucre et la fin du régime jachère (soit 3.8 million ha en 2006), et que la surface totale agricole en UE est de plus de 300 million d’ha, tu t’apercevras vite qu’il est absolument impossible d’imputer quoi que ce soit au modèle européen de production des biocarburants (qui d’ailleurs au niveau ‘impact environnemental’ a qui plus est de nombreux avantages – mais ce n’est pas l’objet de notre débat).

    Mais, tu me diras, ce n’est pas là qu’on produit le biocarburant: ce sont les US et le Brésil qui sont derrière tout ça (et non pas l’Ethiopie comme tu sembles le croire…même si il y a peut-être quelques agriculteurs qui se lancent là-dedans, ce qui est en réalité une belle opportunité pour eux d’augmenter leur revenu). Oui c’est vrai.

    En ce qui concerne le Brésil, donc: les cours du sucre sont au plus bas depuis 2 ans. C’est la seule denrée agricole qui s’est crashée depuis 2007. Et le stock mondial est immense (localisé essentiellement en Inde pour le moment): aucun danger de tomber à cours. De plus, au Brésil, il n’y a pas de débat pour savoir quoi faire des terres comme ailleurs (et donc pas de compétition nourriture / carburant): le pays est monstrueusement grand (et non, ils ne déforestent pas pour produire – c’est un mythe – cela ça se passe surtout avec l’huile de palme en Asie).

    Pour les USA, là par contre, oui, le fait d’avoir utilisé 1/4 de la production de maîs grain pour la production d’éthanol a sans doute eu un effet sur la hausse des prix. Mais il s’agit d’1 facteur parmi une multitude d’autre facteurs. Car en fait, la plupart des experts neutres et donc, espérons-le, objectifs, sont d’accords pour dire ceci:

    Most economists agree to say that the prices increase of agricultural raw materials is due to a conjunction of many factors: population growth, diet globalisation (more meat in developing countries such as China), speculation, bad harvests (possibly due to global warming), increasing oil prices, $/€, speculation, low grain stocks…and possibly biofuels.

    Quand l’huile, produite essentiellement en Asie, et ben on ne l’utilise pas pour produire des céréales pour en produire! Et elle représente un très petit pourcentage de la production de biocarburant au niveau mondial (éthanol > biodiesel >>>>> huile)

    Dernière “petite remarque”: sais-tu que quand tu achètes un pain chez carrefour, à peine 10% de son prix provient du grain?! le reste c’est transport (pétrole), packaging (pétrole), etc… Et sais-tu qu’un fermier, pour produire un ha de froment, a d’énormes coûts énergétiques (pour semer, pulvériser, récolter, mais aussi pour fabriquer pesticides, engrais azotés,…) – CCL: aussi longtemps que ton économie est basée à 100% sur le pétrole, et que le prix du baril grimpera comme il le fait pour l’instant, les prix ne cesseront pas d’augmenter…parce que TOUT est directement ou indirectement dépendant du pétrole.

    Attention: loin de moi l’idée de penser que les biocarburants vont nous sauver…

    Mais je ne pouvais pas ne pas réagir à ce que tu as dit, surtout quand tu me dis de me “renseigner”.

    Bien à toi,

    Xavier

  13. viboek

    7 juillet 2008 à 13 h 44 min

    Xavier
    Merçi pour ta réponse.J’aurais bien des choses à répliquer à nouveau, mais sans doute ce “forum” sur le concert de radiohead n’est il pas l’espace le plus approprié… et de plus, en te lisant, il est clair que tu t’intéresse aussi au sujet, mais de façon bien éloignée de la mienne et d’un nombre de plus en plus croissant de personnes qui dénoncent les effets pervers et dévastateurs à tout niveau de la production de ce diesel “propre”…
    Je ne parlais absolumment pas de la situation en EU…quant à l’Ethiopie, je citais ce pays à simple titre d’exemple, il existe de plus en plus de situation semblable dans les pays les plus déshérité à “grande surface”… Et pour avoir vu de mes yeux la façon dont une grosse compagnie de biocarburant (en cours de rachat par Shell) opérait dans ce pays…je suis nettement moins optimiste que toi…et de parler de belle opportunité financière pour les centaines de milliers de petits agriculteurs locaux…tu te mets les 5 doigts dans les yeux…Mais soit, le très proche avenir nous dira ce que cela apportera . L’histoire se répète …et l’occident pille toujours à volonté pour ses besoins,…
    Bon,comme tu le soulignes justement, non, cela ne nous sauvera pas.
    Bien à toi et bonne chance

  14. Brice

    7 juillet 2008 à 18 h 28 min

    Tout simplement grandiose… A voir, revoir, revoir et encore revoir… En 2030, j’irais encore les voir :d Ce groupe repousse les limites, le mot perfection rime avec évolution chez eux. C’est tout bonnement le plus grand groupe de ces dernières années. Ils ont marqués les années 90 et feront de même pour les 2 prochaines décennies au moins.

    Par contre pour ce qui est de Sigur, j’avais peur qu’il se plante sur ce Main Stage après les avoir vu 2 ans auparavant sur la plus intimiste Pyramid Marquee. Au final, je trouve qu’il s’en sorte très bien en touchant des gens qui à la base venait voir le concert sans vraiment connaitre.

    La plus grande dis pour ces 2 groupes qui ont ont donnés des émotions à ce festival après 2 jours mitigés

  15. Pingback: Radiohead géant sur la Grand'place d'Arras | frontstage

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>