Bob Dylan, autorité juridique

Bob DylanDe nos jours, le rock est partout. A la télé, au cinéma, dans les stations métro et… dans les cours de justice. Le New York Times a ainsi reporté que le Président de la Cour Suprême des Etats-Unis, John G. Roberts, a rendu son rapport concernant un conflit opposant les compagnies de téléphones publics aux cartes prépayées pour appeler à longue distance en citant Bob Dylan: «When you got nothing, you got nothing to lose» («quand tu n’as rien, tu n’as rien à perdre» tiré de Like A Rolling Stone, 1965).


Si Dylan est le premier artiste rock à être cité par la Cour Suprême, une étude publiée l’an dernier par la revue juridique Washington & Lee Law Review démontre que les citations tirées de la musique populaire ne sont pas rares dans les cours de justice américaines. C’est ainsi que dans ce hit parade atypique, on retrouve les Beatles en cinquième position avec trois citations; les Rolling Stones précèdent avec quatre citations; Bruce Springsteen est médaille de bronze en ayant été cité cinq fois; en deuxième position, on retrouve Paul Simon (huit fois cité, douze si on compte sa collaboration avec Garfunkel); et le maître absolu dans cet exercice on ne peut plus sérieux reste Bob Dylan qui décroche… 26 citations! Les juristes ont principalement recours au barde lorsqu’il s’agit de décider si il est nécessaire de faire appel à un expert lors de certaines affaires ou si les jurés ont les connaissances suffisantes pour prendre une décision. Dix-neuf gardiens de la paix ont ainsi recouru aux paroles de la chanson Subteranean Homesick Blues, «You don’t need a weatherman to know which way the wind blow» («Pas besoin de Mr Météo pour savoir dans quelle direction le vent souffle»), afin d’appuyer leur jugement.

A la manière dont la contre culture d’autrefois est aujourd’hui installée dans tous les pans de la société américaine, on se dit que les hippies, au final, ont peut-être gagné leur bataille… Au point d’entendre un jour les juristes citer leur manifeste hédoniste «Everybody must get stoned» dans les cours de justice? Loin s’en faut… Et pourtant, c’est du Dylan.

Didier Zacharie


commenter par facebook

4 commentaires

  1. Hugo

    9 juillet 2008 à 9 h 19 min

    Bien vu!

  2. Super Satan

    9 juillet 2008 à 9 h 45 min

    Comme quoi…

  3. Turbo Mutilator

    9 juillet 2008 à 9 h 55 min

    A quand un bon vieux “Here we are now, entertain us!!!” dans un jugement statuant sur le téléchargement “illégal”?

  4. Dark Narnia

    9 juillet 2008 à 15 h 49 min

    La musique est partout… Vive Bob!

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>