Alexonor, le train de l’amour

Le Concours Franc’Off n’est pas peu fier d’avoir révélé en 2003 Alexonor. Ce dernier a depuis longtemps confirmé ce coup de pouce, avec de nombreux concerts et un second album, Les petits matins des grands soirs, doté d’un humour débridé et de coups de gueule en douce qui font mouche. En première partie de Michel Fugain, il s’est tout permis. Comme d’obtenir du public qui n’est pas le sien, de se lever, de se mettre
en position pour réaliser une chenille, durant «Le train de l’amour», et ainsi quitter sa place, faire le tour de la salle et revenir. Chapeau! Alexonor n’a pas manqué, non plus, de terminer sur une note forte en demandant à ses collègues des Chantiers des Francos (Nell, Anaïs H et Wendy Nazaré) de le rejoindre sur scène pour rendre un bel hommage à Jeff («Du vélo sans les mains»). Voilà qui méritait bien un coup de cœur.

T.C.


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>