Quand y’en n’a plus…

C’est terrible, quand on n’y arrive plus. On a bien essayé d’aller pointer son nez dans le village Francofou, pour y puiser les ressources nécessaires à un dernier galop final en compagnie de Joshua et Cali. Mais rien n’y fait, quand le coeur n’y est plus. Juste l’énergie d’aller saluer un vainqueur des Franc’Off, les XX dans le Dôme Fortis.

On y retrouve Séverine, alias Auryn, sans ses Nightingales, à qui tout sourit cet été et qui présente là un autre projet musical, en français cette fois, où elle officie comme chanteuse, l’écriture des textes étant le fait de Samir Barris. Rien à voir avec Auryn, XX lorgnant du côté de la bossa-nova, à la Tom Jobim. Un groupe qu’on reverra, c’est acquis, puisque c’est le lot réservé au vainqueur des Franc’Off, en 2009 en ces mêmes Francofolies
http://www.myspace.com/frombrusselswithlovexx  

Dans le registre chanson française encore, Viva Disc a officiellement présenté le disque à venir de Vincent Liben, le chanteur de Mud Flow, à paraître le 10 octobre, sous le nom sobre de Liben. Un premier aperçu sous la forme du single radio “30 décembre”, venimeux comme du Gainsbourg et ensorcelant comme du Biolay. Vrai bonheur de retrouver la voix enfumée de Vincent Liben dans la langue de Voltaire, et une écriture finement ciselée. La voix féminine du duo est celle d’Edwige Bailly. L’album est produit par Rudy Coclet, et deux membres du groupe bruxellois y sont crédités.

  http://www.myspace.com/libenmusic  

On aura préféré l’écouter une bonne dizaine de fois au sec et à l’abri des Fatals Picards et de leur rock humoristique, qui paye par sa sincérité (“On n’est pas les BB Brunes”, allez encore une dans la poire du trio rock français). On nous excusera d’avoir uniquement pensé, à l’occasion, au rock que les Inconnus parodiaient il y a dix ans. Et, de loin, à Didier Wampas, présent en 2007, qui escaladait tout ce qui se présentait devant lui et qui avait fini percher dans un arbre du parc. Mais c’était un autre temps.

http://www.myspace.com/fatalspicards

Comme on s’achemine doucement vers le t(h)erme, un mot encore sur Joshua, qui s’offre la scène Rapsat ce dimanche, pour boucler deux années intenses que le groupe est venu évoquer. Avant de se tourner vers la suite de ses aventures, son nouveau disque qui s’intitulera “Animals Will Save The World”, programmé quant à lui pour le 24 octobre. En guise de souvenir, on se replonge dans la Nuit du Soir de septembre dernier, qui restera comme un des grands souvenirs du groupe (et on pourrait dire pareil pour les Tellers et Hollywood Porn Stars).

(C.Pt)


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>