Doudou dis donc Dido

14_dido.jpgTroisième album en dix ans pour la Britannique Dido Armstrong. Elle enregistre dans sa cuisine, la blonde. À Londres, et à Los Angeles aussi. Hors tournées, Dido ne pose pas ses valises…

 Pelotonnée dans le fauteuil d’une chambre d’hôtel, un peu à l’écart de Piccadily, Dido serre dans ses bras ses jambes gainées de hautes bottes lacées. Pour nous faire le détail de son nouvel album, le troisième en près de dix ans : « Safe trip home fait suite à Life for rent. Je voulais qu’il y ait des références à ce que j’aime dans la musique électronique, et utiliser des instruments live. »

La jolie blonde n’est pas la plus stakhanoviste des chanteuses. Côté studio en tout cas : en 2005, elle a mis fin à d’incessantes tournées, s’offrant enfin un vrai break. « Quand vous partez en tournée, c’est pour deux ou trois ans. Puis vous revenez chez vous. Là, j’essaie de trouver un équilibre entre le travail que représente un disque, une tournée et… vivre. J’ai fait deux ou trois petits concerts la semaine passée, je me suis bien amusée. J’ai envie d’être sur scène avec ma musique mais pas d’être déconnectée pour des années. J’ai donné. »

Aujourd’hui, elle s’intéresse désormais aussi à la technique. « Parce qu’une des choses que j’ai apprises avec le temps, c’est que quand vous commencez à écrire une chanson, ce sentiment qui vous envahit, cette honnêteté, cette émotion, cette évidence, avant qu’on y pense de trop ou qu’on se demande comment on va traduire tout ça sur papier, c’est le meilleur moment. Aujourd’hui, je peux quasiment enregistrer une chanson entière à la maison, dans le bus… J’écris, je chante le morceau avec la guitare, et je peux fixer ça. C’est important la première prise : la chanson est absolument fraîche. Plus j’en ai appris sur les chansons, plus j’ai gagné en confiance comme musicienne. »

De Brian Eno, qui est venu prêter quelques claviers sur un titre (« Grafton street »), elle dira cet homme génial, intéressant et intéressé par tout, plaisant à fréquenter. Quant à Rollo, le frère omniprésent de la demoiselle, il met toujours autant la main à la pâte pour elle que pour Faithless. Pourrait-elle envisager un disque sans son aide ? « Oh oui, répond Dido en riant. Ici, il s’est déjà un peu moins impliqué que pour Life for rent. Mais… c’est une vraie question. Il vous a demandé de me la poser ? » Ben non…

Concocté entre Los Angeles et Londres, Safe trip home recèle une chanson (« Quiet times ») enregistrée dans sa cuisine et d’autres mises en boîte à Abbey Road. « Je n’y connais pas grand-chose en matière de studios, mais le simple fait d’y jouer quelques notes sur ce piano, un Challen, j’ai trouvé ça émouvant. Le son et la chaleur rappellent tellement de disques que j’adore. Là, on réalise que l’endroit a une histoire. »

Dido a aussi passé pas mal de temps à Los Angeles, pour ce disque. Cela a-t-il influencé ses chansons ? « Non, c’est mélangé. Pour autant que je me sente heureuse, je peux aussi me sentir à la maison à peu près n’importe où. Mon environnement importe peu. Encore qu’à Los Angeles, j’ai eu l’occasion de rencontrer des musiciens brillants qui m’ont tellement inspirée que ça m’a rendu plus créative. Et puis, j’étais loin des distractions que Londres peut m’apporter. Parce que j’adore Londres, cette ville est excitante, j’y connais du monde, il y a des choses que j’aime y faire… » L.A., c’était une toute nouvelle aventure : « Il y a énormément de gens créatifs, là-bas, mais vous ne devez y aller que si vous savez ce que vous voulez et que vous êtes prêts à prendre sur vous, c’est une ville où les choses fonctionnent comme ça. »

Dido a vécu à Limerick pendant une partie de sa vie. Alors, quand elle s’est retrouvée tout à coup dans les grands espaces californiens, ce fut la claque : « On s’est beaucoup baladé. J’ai vu des décors immenses que je n’avais jamais eu l’occasion de voir, et ça aussi, ça inspire. Écouter de la musique quand on roule dans le désert… Ce sont des moments pendant lesquels je me sentais envahie par quelque chose. »

[display_podcast]

http://www.didomusic.com/gb/home/

DIDIER STIERS

[youtube VJTstnyR6vc]


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>