La bonne étoile de Charlie Winston

Il n’y en a plus que pour l’Anglais Charlie Winston, en ce début d’année.
Rencontre autour de son premier album.

entretien

Impossible d’y échapper. Même ce lundi 2 février, jour de la sortie de Hobo, le premier disque de ce songwriter anglais d’une petite trentaine d’années, le journal parlé de 8 heures sur La Première évoquait le dernier chouchou de Peter Gabriel.

C’est sûr que notre homme a tout pour plaire : une chouette bouille, un beau brin de voix et des mélodies mémorisables. Ceci étant, la surmédiatisation peut aussi un tantinet agacer. Son look travaillé avec ce chapeau dont un bord aurait été mangé par un lion ou arraché par une patte d’ours en a fait tiquer plus d’un. Et même si on sourit à l’idée de rencontrer le « hobo » dans un hôtel cinq étoiles du centre-ville de Bruxelles, avouons que Charlie Winston – Charlie, pour Charlie Chaplin et Winston, pour Winston Churchill – est plutôt séduisant. Pas le genre de gars à qui on a envie de chercher des crosses.

Que vous le vouliez ou non, vous êtes la révélation de ce début 2009. Comment vivez-vous cela ?

C’est cool, excitant et encourageant de commencer l’année de la sorte. Tout ce que je souhaite, c’est de continuer à être créatif. D’ailleurs, je suis déjà en train de penser à des chansons pour le prochain album en étant sûr qu’il soit aussi bon que le premier.

Tout ce que je peux dire à propos de Hobo, c’est que j’ai tout donné dans ce disque. Aujourd’hui, quoi qu’il arrive, c’est déjà fantastique mais l’album est terminé, il ne m’appartient plus. C’est maintenant au public de décider.

Pensez-vous – la question est volontairement provocante – que cette attention médiatique est justifiée ou disproportionnée ?

Ce n’est pas à moi de le dire mais je comprends le sens de votre question. Je n’ai pas fait cet album uniquement pour l’aspect musical. Les mots sont aussi extrêmement importants, les dessins dans la pochette aussi. Ce disque, c’est moi. Maintenant, je ne suis pas dupe. Je sais que le terme « Révélation » est flatteur parce que c’est le terme adéquat pour lancer une hype. Je suis conscient de cette chance mais ce n’est que de la mode, c’est du vent et cet aspect-là ne m’intéresse pas du tout.

L’honnêteté qui émane de vos textes est palpable dès la première écoute…

C’est la chose la plus importante à mes yeux lorsque vous faites de la musique. C’est ce que je raconte dans la chanson « Kick the bucket ». Je ne veux surtout pas être un professeur ni un prédicateur : « I don’ t mean to preach or to sound like a teacher. No ! I only wanna cut the crap ». Il y a tellement de mauvaises choses dans le monde d’aujourd’hui. Il y a trop d’informations, on est pollué de toute part, on nous dit de faire ceci, de ne pas faire cela, c’est épuisant. Il faut revenir à l’essence de la vie et de l’être humain.

Quelle est vraiment l’essence de la philosophie « Hobo » ?

À mes yeux, le terme Hobo (clochard, vagabond, NDLR) est une métaphore qui consiste à trouver le chemin pour atteindre la liberté éternelle qui se trouve en chacun d’entre nous et la suivre. C’est tellement facile et nocif aussi d’accorder trop d’attention à ce qu’on raconte. C’est également trop facile de critiquer à tour de bras. Ce n’est pas comme ça qu’on se construit.

Mon idée d’être riche n’a rien à voir avec l’épaisseur du compte en banque mais plutôt avec la richesse intérieure. Vous savez, je sais comment tourne le monde. Je me moque d’hier et de demain, seul le présent compte.

Charlie Winston sera le 10 mai 2009 à Bruxelles dans le cadre des Nuits Botanique.

www.botanique.be.

PHILIPPE MANCHE

Retrouvez le concert très très privé de Charlie Winston


commenter par facebook

2 commentaires

  1. zaza

    5 février 2009 à 8 h 34 min

    “Son look travaillé avec ce chapeau dont un bord aurait été mangé par un lion ou arraché par une patte d’ours en a fait tiquer plus d’un.” LOL

  2. charlie love

    7 mars 2009 à 20 h 58 min

    charlie winston c le + bo et le + fort de tous les chanteurs du monde entier
    like a hobo ca balance un max j’adore
    franchement charlie est trop sexy, cet anglais de 30 ans promet de trop
    en tout cas je l’adore et j’ai déjà acheté l’album qu’est trop bien alors acheté le

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>