Au pays sauvage d’Emily Loizeau jolie

Après un premier album réalisé par Franck Monnet et signé sur le label indépendant Fargo, Emily Loizeau passe chez Polydor et prend de la hauteur.

Sur les traces d’une Camille préférant les chemins de traverse à ceux balisés par la variété française, Emily puise une bonne part de son inspiration dans une Amérique country, entre banjo, harmonica et chœurs gospel. Le tout, très blues, malgré tout dédié à Blaise Cendrars et conviant à son banquet Thomas Fersen (pour le duo bilingue « The princess and the toad »), traverse sans cesse l’Atlantique dans les deux sens. Moriarty, David Herman Düne, Danyel Waro, Olivia Ruiz, Jeanne Cherhal, Nina Morato… participent à cette féerie merveilleuse, entre fables et comptines naturalistes.

Emily est partout en ce début d’année puisqu’elle a également composé la musique du film King Guillaume, avec Florence Foresti. Entre Supremes (« My guy »), « Hit the road Jack », dialogues et « Les voisines » de Renan Luce par Bombes 2 Bal. Emily a maintenant tout d’une grande.

Polydor-Universal.

COLJON,THIERRY


commenter par facebook

1 commentaire

  1. wadafuck

    18 février 2009 à 14 h 10 min

    Premier album sympa.
    La suite s’annonce plus hard pour elle.

    Va-t-elle se bénabarbarisé ?

    Revenons dans deux ans pour le savoir.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>