Bourges: Sliimy, Hugh, Charlie et Emily

 BOURGES

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL

La prestation, vendredi à Bourges, de l’ovni Sliimy était très attendue. En raison d’un plan média-marketing très efficace de la Warner et de la personnalité originale du très jeune Stéphanois. La France, pays des rois, a trouvé son nouveau Prince Mika de la pop  à la fois disco et bubble-gum. Il nous restait à voir ce que le garçon avait dans le ventre pour se faire une idée sur ses chances de longévité tant artistique que commerciale.

Quand il débarque, en ouverture d’Hugh Coltman et de Charlie Winston, dans un palais d’Auron de 2400 places, plein à craquer, il offre d’abord un bel hommage à la monarchie belge avec une splendide veste aux revers noir, jaune et rouge. Avant même de l’entendre, on est amusé par ses manières qui le rapprochent plus d’un Vincent McDoom tombé tout petit dans la cage aux folles, que d’un Mika. Mais quand il chante, on ne rit plus. Ce gamin a de la soul dans la voix et on le verrait très bien succéder à un Willem ou un  Doré au rang des nouvelles stars télévisées, aux reprises détonantes (en l’occurrence, ici, le « Womanizer » de Britney Spears). Dommage seulement que son groupe (Feed, son compositeur, à la guitare, un bassiste, un batteur) joue sur les boucles synthétiques de l’album. C’est quand Sliimy se lance en duo intimiste avec Feed qu’il est le plus convaincant. Quand le chanteur fera passer sa voix et sa musique avant ses manières, il sera pris au sérieux. Il suffit seulement de lui laisser le temps de grandir.

Coltman et Winston

Hugh Coltman, ensuite, l’Anglais de Paris, recentrait le débat sur un propos autrement plus sobre et intense. A la fantaisie rayonnante de Sliimy, Coltman oppose un folk-blues inspiré d’un James Taylor qu’il fait voyager aussi bien dans la west coast d’un Donald Fagen que dans les sommets aériens d’un Jeff Buckley. Le public, ne connaissant pas trop sa musique, est d’un calme inquiétant, avant qu’il ne se réveille sur une version explosive et explosée de « Jealous guy » de Lennon. Cela suffit à lui procurer un véritable triomphe. Retenez bien ce nom : Hugh Coltman, un tout grand bonhomme.

Un autre Anglais de Paris lui succédait, auréolé, lui, du succès de l’année : le « Like a hobo » de Charlie Winston. Lui aussi, du coup, était très attendu. Ses manières passent par un chapeau posé de travers sur sa tête. Une image qu’on oublie vite quand le gars aligne les perles de son premier album. A la guitare comme au clavier, Charlie séduit par un contact simple et une personnalité bilingue très attachante. Son excellent groupe fait le reste.

Les amis de Loizeau

Emily Loizeau s’est vue offrir une résidence, trois soirs d’affilée, avec les invités de son choix. Ainsi se sont succédé Victor Démé, Piers Faccini, Mansfield Tya, Kyrie Kristmanson, Essie Jain, Herman Düne et Mathieu Boogaerts pour renforcer le groupe de celle qui nous invite dans son « Pays sauvage », transformant sa maison de l’Ardèche en un bayou louisianais. Vendredi, ses invités étaient Andrew Bird au chant et au violon (après un splendide concert en solo) , Rosemary de Moriarty aux chœurs, Dominique A pour deux duos et enfin, Samy, le fils du roi réunionnais du maloya, Danyel Waro, présent ici avec son groupe Lo Griyo.

Emily, sur son estrade, parmi cinq petites maisons illuminées, est comme une danseuse indienne, avec son tambour, tapant ses pieds nus pour une transe qui, dans le texte, est souvent menée sous la pluie chaude. Comme Camille l’an dernier, au même endroit, le Théâtre Jacques Cœur, Emily développe son propre univers, riche et profond, d’une force inouïe. On est en permanence sous le charme de toutes ces sonorités blues et folk, ce mariage réussi entre les deux côtes de l’Atlantique, cette voix gorgée de soul, ces chansons prenantes. Avant même la reprise du « Come on up the house » de Tom Waits. Sans conteste un des plus beaux concerts, avec celui de Dominique A, qu’il nous fut donner d’entendre à Bourges. THIERRY COLJON

Sliimy sera aux Ardentes le 10/7.

Hugh Coltman, le 10/5 aux Nuits Botanique.

Charlie Winston sera le 3/5 à l’AB en première partie de Sioen, le 10/5 aux Nuits Botanique et le 31/7 au festival Esperanzah.

Andrew Bird, le 9/5 aux Nuits Botanique.

Emily Loizeau sera le 15/5 aux Nuits, le 9/7 aux Ardentes et le 19/7 aux Francos de Spa.


commenter par facebook

4 commentaires

  1. Sam

    25 avril 2009 à 12 h 11 min

    Emily Loizeau sera également présente au festival LaSemo, en compagnie d’artistes comme Moriarty et Zita Swoon.

    Ce festival, qui aura lieu les 10-11 et 12 juillet accueillera également le grand retour de la Rue Ketanou, les Ogres de Barback, Marcel et son Orchestre, Debout sur le Zinc, Suarez, Cosy Mozzy et plein d’autres…

    Plus d’infos sur http://www.lasemo.be!

    Sam

  2. EM

    25 avril 2009 à 12 h 33 min

    Ah chouette, bonne nouvelle.
    pour Emily Loizeau en tout cas.
    Quant à se taper Hotton pour aller voir Suarez…

  3. Allomusic

    24 novembre 2009 à 13 h 07 min

    Avant d’être en concert à la Cigale le 28 novembre, Hugh Coltman sera en Vidéo Chat le vendredi 27 novembre à 18h sur AlloMusic et répondra EN FRANCAIS à toutes vos questions !

    Rendez-vous le 27 novembre à 18h sur http://www.allomusic.com/chat

    Si tu ne peux pas y assister, laisse tes questions sur notre forum, nous les poserons pour toi:
    http://www.allomusic.com/forum/index.php?showtopic=306

    A tout de suite !

    La Team AlloMusic

  4. chasseur appartement

    24 novembre 2009 à 15 h 03 min

    Toujours un peu de mal avec Slimmy….

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>