Daan comme un ciel étoilé

Cinquième album, le superbe Manhay, et début de tournée pour Daan, qui étrennait jeudi soir à Liège son nouveau répertoire lors d’un concert inspiré et culotté.

Avouons-le d’entrée de jeu, les dernières aventures discographiques de l’ancien Dead Man Ray nous avaient laissés légèrement circonspect. Quelle ne fut donc pas notre surprise à l’écoute de Manhay, qui renoue avec l’élégance et la grâce de son premier album Profools voire de Dead Man Ray. Daan, que nous retrouverons en interview dans le MAD de ce mercredi 6 mai, conserve toujours cette voix si particulière qui illumine les douze chansons incroyablement touchantes de Manhay.

Si le concert à la Caserne Fonck fut inspiré, c’est d’abord parce que Daan et ses cinq musiciens étaient non seulement concentrés mais surtout très en place. Pour le deuxième des onze concerts de cette tournée des clubs, c’est aussi impressionnant que prometteur pour la suite. La qualité des interprétations, dès « Exes », avec ses chœurs à la « Satellite of Love » de Lou Reed saute aux yeux. Daan a beau être un peu tendu -il ne se lâchera complètement que lors d’une version à tomber de « Boots», extrait de Profools, avec trois guitares en harmonie- l’artiste est d’une précision quasi chirurgicale tant au chant qu’au piano.
Les nouveaux morceaux, à l’image du très Dylan « Your eyes », sonnent comme jamais. Tantôt derrière son piano, à la guitare pour un « Icon » à la Johnny Cash ou lors de « Radio silence » (le meilleur morceau de Manhay) qui rappelle la trop courte carrière de Dead Man Ray, Daan semble touché par la grâce. Et tant qu’à évoquer Dead Man Ray, Daan a exhumé le magnifique « Woods » extrait de l’album Trap.

Si le concert fut culotté, c’est aussi parce que Daan a interprété l’intégralité de son nouvel album, que peu de gens connaissent déjà en faisant une croix sur « Victory », par exemple. « Vous avez été patient d’assister à un concert avec douze nouvelles chansons » a-t-il d’ailleurs déclaré avant les rappels entamés avec un « Swedish designer » -seul extrait de son deuxième album Bridge burner joué jeudi- fédérateur qui a fait figure d’électrochoc dans le public comme le fit « The player » en milieu de concert. S’en suivra l’instrumental infernal Housewife où l’on se serait cru chez Neil Young ou Dylan lors du passage à la guitare où Daan et ses deux guitaristes jouaient aussi serrés que le Crazy Horse. Au final, on garde le souvenir précieux d’avoir assisté à un aussi beau concert qu’un ciel étoilé.

PHILIPPE MANCHE

Album Manhay (PIAS)

Infos concerts et vidéo sur le site www.daan.be
Myspace : http://www.myspace.com/officialdaan

[youtube FW2idTXyXF8]


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>