Therapy? It’s only rock & roll…

Alors que le Botanique a entamé ses nuits festives, nous nous sommes dirigés ce jeudi vers le Boulevard Anspach afin d’y retrouver de vieilles connaissances… Les vétérans (nord-) irlandais de Therapy? faisaient en effet escale à l’Ancienne Belgique pour y présenter leur nouvel album… et se rappeler à nos bons vieux souvenirs.

«Therapy?? (double point d’interrogation pour le coup…), ces vieux soudeurs existent toujours?!!» Des increvables, oui! Les Irlandais ont beau être rentrés dans le rang sans broncher, ils n’en sont pas pour autant devenus inactifs, bien au contraire. Pour preuve, leur dernier LP «Crooked Timber» (leur onzième!), sorti il y a quelques semaines via l’indépendant Suburban, plutôt que de resservir les vieilles recettes In Your Face!, se déploie tout en mélodies froides et rythmiques hypnotiques qui ne sont, par moments, pas sans rappeler les autobahn sonores du krautrock.
Certes, la majorité des 850 spectateurs qui ont rempli l’AB Box en quelques jours est surtout venue revivre une parcelle de son adolescence, mais «Crooked Timber» démontre bien que Therapy?, après vingt ans de bruit blanc dans les tympans, continue de tenter des choses et refuse de faire du surplace… En un mot, les trois gardent la flamme intacte. Et c’est bien de cela dont il a été question hier soir…

Refusant le best of trop facile, Therapy? a d’abord favorisé les chansons de son dernier né. Des chansons qui tranchent avec l’ancien répertoire: plus froides et mélodiques, menées par une basse lourde et linéaire, tel ce ‘Magic Mountain’ joué en rappel, titre instrumental qui se promène sur plus de dix minutes entre Joy Division, Neu! et Sonic Youth. Hypnotique.
Ça, c’était pour la partie contemplative du concert… Le reste ne sera que sueur et folie furieuse! ‘Unbeliever’, ‘Teethgrinder’, sa face B ‘The Summer Of Hate’ («Fuck Woodstock!»), ‘Turn’, le ‘Gloria’ des Them qui se fond dans le refrain scandé de ‘Potato Junkie’ («James Joyce is fucking my sister!») pour un medley tout irlandais. Pogos, stage diving, ça commence à bouillir sévère ici-bas.
Mais les choses iront encore crescendo lors des deux rappels, instant choisi par le groupe pour balancer dans la fosse aux lions les boules d’énergie issues des classiques «Troublegum» et «Infernal Love». ‘Isolation’, ‘Die Laughing’, ‘Stories’, ‘Diane’, ‘Screamager’ et ‘Nowhere’, n’en jetez plus… n’en jetez plus!

Un rien nostalgique? Peut-être, mais on sent surtout chez Therapy? un réel plaisir d’être sur scène et de la jouer à fond, en communion avec son public, comme un majeur tendu aux années qui défilent… Parole est ici donnée à un membre éminent de l’audience infernale: «C’est la quatorzième ou quinzième fois que je les vois en concert… Et j’ai jamais été déçu!» Qu’ajouter à cela? C’est juste du rock & roll, oui… mais qu’est-ce que c’est bon!

Didier ZACHARIE


commenter par facebook

1 commentaire

  1. alain

    8 mai 2009 à 18 h 57 min

    Oui très chouette concert …
    Ambiance qui va crescendo
    Beaucoup de contacts avec le public
    un réel plaisir

    Petit bémol .. le son pas assez fort au début

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>