Jane B. comme Nuits Botanique

les_nuit.JPGEn terminant son set par la reprise de « Jane B. », vendredi soir au Cirque royal, la petite Chat ne pouvait mieux faire. Flanquée de deux musiciens, dont Joseph (petit frère de M) Chedid, qui a réalisé son album, et qui, sur scène, passe de la batterie à la guitare et à la basse, la jeune chanteuse et pianiste séduit par ses jolies mélodies et ses contes de fée. Ses histoires d’Alice et de sous-bois hantés. Dommage seulement qu’elle n’a pas pour elle une voix aussi impressionnante que Cœur de Pirate (pour ne citer qu’elle). Toutes les photos du concert dans notre portfolio
Pour plomber une ambiance, aux Nuits Botanique, rien de tel que des photos et des mots de la guerre dans l’est du Congo, sur un écran bordé de deux portraits d’Aung San Suu Kyi. C’est ce qu’a osé faire, en ouverture de son concert, la toujours très combattante Jane Birkin. Qui arrive sur scène, béquilles en main, le pied gauche dans le plâtre après s’être foulé la cheville. « Je me suis cassé la gueule », apprendra-t-on plus tard.

Et la voilà, assise sur une fesse, dans une position des plus inconfortables, ou claudiquant aux quatre coins de la scène, dans son beau costume choisi par sa fille Lou. Car elle ne tient pas en place, la Jane. Tout cela nous a plus ou moins énervé et puis, petit à petit, comme par magie, on est entré dans le concert et on s’y est senti bien. Est-ce dû à « L’anamour », à « Ex-fan des sixties », au violoncelle, aux superbes arrangements pour quatre instruments (piano, violoncelle, guitare et basse) d’Edith Fambuena ou simplement à ce sourire irrésistible d’une chanteuse rayonnante, au corps cassé mais à la voix toujours aussi touchante ?
Généreuse, elle nous offre du Gainsbourg qu’elle n’a jamais chanté ou qu’elle avait oublié, comme cet « Exercice en forme de z » ou « Sous le soleil exactement » qu’elle a repris à Anna Karina et « Les petits papiers » à Régine. « Nicotine », « Amours des feintes », « Pas long feu », « Ford Mustang », « Le moi et le je », « Pauvre Lola », « Quoi ? », « L’eau à la bouche »… Tout Gainsbourg (et le reste) y passe, pour les trente ans de ce Palace et de ce Cirque royal rasta, anniversaire chargé d’émotions.

Courageuse aussi quand elle se bat pour Aung San Suu Kyi ou qu’elle se fait porter dans le public par son assistant, pour chanter « Yeasterday yes a day », avec un parapluie de lumières en main. Superbe moment à l’image d’un concert craquant qui n’a pas manqué d’inclure les indispensables « Je suis venu te dire que je m’en vais » et « Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve ». Magique !

THIERRY COLJON

Toutes les photos du concert dans notre portfolio


commenter par facebook

3 commentaires

  1. Chantal PIETTE

    9 mai 2009 à 10 h 49 min

    Ah! oui, j’y étais à ce concert. Merveilleuse, sublime, humaine, combattante Jane que dire de mieux que vous? Rien, concert très émouvant, portée dans le public avec son parapluie de lumières, ses sourires qui n’appartiennent qu’à elle!!!!
    Ah et son Serge dont elle parle avec tant d’émotion de tendresse.
    Courageuse avec le pied plâtré!!!!!! Elle est très belle.
    Que pouvons nous faire nous aussi pour la libération de Aung San Suu Kyi? si ce n’est que signer la pétition internet et celle d’hier au CIRQUE ROYAL.
    Jamais je n’ai été déçue par les spectacles de Jane et pourtant je les ai tous vu!!!! comme j’ai tous ces CD.
    Formidable Jane, je suis certaine qu’encore une fois tu as su charmer tout le public!!!!!
    Je t’adore et merci et reviens nous encore et vite!!!! Rétablis toi vite.
    Merci à vous pour ce bel article.
    Chanta PIette

  2. senosenjackf

    10 mai 2009 à 15 h 20 min

    Désolé, mais cela me laisse de glace, car artificiel, rien à voir avec son ancien compagnon!
    Rien de très naturel si non son accent très entretenu, très “britich”.Je n’aime pas les simulatrices.C’est une championne, là d’accord!

  3. Denuncia

    4 janvier 2010 à 1 h 23 min

    Simulatrice ? Tout à fait d’accord. Je comprends pourquoi Chantal aime Jane B. On dit que qui se ressemblent, s’assemblent. Coincidence ? ou juste vérité ? Gainsbard, c’était autre chose de +++.

répondre

Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>