Jacques Duvall, dernier desperado du ciné-rock

Après Duvall, Juan d’Oultremont et Marie France, et avant Lio, le Phantom de Miam Monster Miam a renoué avec le grand Jacques pour un deuxième album intitulé Le cow-boy et la call-girl. Et il ne s’agit plus là d’une farce bricolée en un après-midi mais d’une véritable œuvre, majeure, réalisée avec de nombreux intervenants, dont Jeronimo et Phil Corthouts à la guitare, Thierry Crommen à l’harmonica et Sophie Galet et Florence Denou en duo sur « Marquise » et la plage titulaire.

La scène a redonné le goût du chant à un Duvall qui, loin de décevoir, s’affirme comme un véritable interprète en plus d’être le parolier légendaire qu’on connaît.

Benjamin Miam Schoos (mais aussi Fred Momont et Sophie Galet pour deux titres) lui a concocté des compos toujours aussi inspirées par le punk-rock seventies. Jacques en profite aussi pour réaliser un vieux rêve : chanter et traduire en français Dylan, « Just like a woman » devenant « Comme le font les femmes ».

Bienvenue donc dans l’univers de comic-strip et de ciné de série B, du western d’Ougrée et de Seraing, entre « Chanson malade » et « La poupée borgne ».

Freaksville-PiaS.

THIERRY COLJON

www.myspace.com/phantomfeatduvall 

La vidéo Western

[dailymotion x8fb7x]


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>