Didier Wampas est bien le roi

didierwampasDéfinitivement. A l’occasion du concert des Wampas ce jeudi soir, l’Orangerie s’est transformée en nid à punk-rockeurs. Kitsch à souhait, accoutrement rock’n'roll extraverti, Didier, à la manière d’un empereur anarchiste, harangue le public sur son trône d’amplis.
Les corps balancent, les pogos s’enchaînent, la foule est réceptive. Finalement, un concert des Wampas n’est jamais parfait musicalement, les guitares saturent, la voix du chanteur déraille, mais on se dit finalement que l’essentiel n’est pas là. La relation entretenue par Didier et ses comparses face à ses spectateurs est un modèle du genre : aucun calcul, aucune trace de phrases stéréotypées, la communion improvisée est à son apogée. Didier Wampas est venu partager sa sueur avec nous,  Didier reprend du Johnny, Didier fait des « kiss », Didier s’en fout. Cette espèce de punk intemporel, agent RATP au quotidien, nous transporte sur les rails de la folie et de la gaité. Le sourire aux lèvres, son fidèle public se transforme en équipe technique, en ramenant les chaises et amplis déménagés par l’artiste déjanté au milieu de la salle.

Unique en son genre, c’est une vague de sympathie et d’affection qui erre dans l’atmosphère surchauffée de l’Orangerie, à l’image de ces bousculades dans le public, aussi sauvages que respectueuses. L’attitude du chanteur va au-delà des clichés, il préfère faire hurler ses fans dans son micro, faire le tour de la salle pour les embrasser, se faire porter sur une chaise en chantant ou encore jouer au tambour avec son micro, caché dans son caleçon… Un « n’importe quoi » communicatif, improvisé jusqu’au bout des ongles.

On y sort finalement lessivé, abattu par une telle présence scénique. La claque n’est pas musicale, elle est ailleurs. Un show unique en son genre, du punk, du vrai, sans aucune méchanceté. Didier chante Noël, s’enflamme sur « Manu Chao », reprend « Où sont les femmes » à sa sauce, revisite 26 ans de Wampas. Quelques minutes après la fin du concert, le roi sort par une petite porte pour spontanément nous saluer, remercier et souhaiter un bon retour. Moralité: un concert des Wampas se vit plus qu’il ne s’écoute.

http://www.myspace.com/wampas

http://www.botanique.be/

Simon Even


commenter par facebook

2 commentaires

  1. Bouhière

    30 mai 2009 à 14 h 07 min

    Super concert comme tjrs de Didier.
    Dommage, la programation en cette fin de mois de mai qui est une période bloque pour bon nombre.
    Ce type est généreux. Ok, le chanteur des Wampas chante faux mais on s’en moque. Ses musiciens sont excellents. Le guitariste Almosnino accompagnait la dernière tournée de Biolay au Bota et à Spa l’an dernier
    Je serai là pour ses 2 concerts à Dour le dimanche et le lundi à Spa. Sa dernière prestation à Spa, il y a 2 ans était mémorable.
    Près de 30 ans que j’assiste au concert des Wampas et je ne m’en lasse pas
    Je serai aussi à l’Alhambra de Paris, en octobre
    Les Wampas ont inventé le Rock’n Roll et Didier est le roi.
    Kiss

  2. zaza

    1 juin 2009 à 20 h 10 min

    Fantastique groupe et un commentaire qui ne l’est pas moins !

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>