Neil en concert à Anvers et en interview exclusive

07_neilyoung_breny.jpgNeil Young était au Sportpaleis d’Anvers, samedi soir. Il sort enfin le Volume 1 de ses Archives et il nous en parle. Profitons-en : c’est la première fois, en plus de 45 ans de carrière, que Neil Young se produit quatre fois en Belgique en un an et demi. Après l’avoir vu au Stadsschouwburg d’Anvers, pour deux soirs intimistes  exceptionnels en février 2008 et à Werchter, l’été dernier, il nous revient dans le cadre d’une tournée européenne de dix-huit dates étalées sur tout le mois de juin.

Samedi soir, au Sportpaleis, il s’agissait de la cinquième étape de la tournée, qu’ouvrait Admiral Freebee, le musicien belge le plus proche de ce que fait… Neil Young justement. La comparaison déforce bien sûr le chanteur anversois mais pour lui, c’était le plus beau jour de sa vie.

A 21h30, Neil Young monte sur scène avec son Electric Band constitué des fidèles Ben Keith, Rick Rosas, Anthony Crawford et Pegi Young, présents l’an dernier, et de Chad Cromwell, remplaçant le Crazy Horse Ralph Molina à la batterie. La scène, elle, ne change pas : toujours le totem indien, quelques lettres lumineuses dans le fond et le peintre Eric Johnson réalisant en direct un tableau au profit de la fondation Bridge School des Young.

Ouvrant par « Love and only love », un des trois extraits de Ragged glory de 1990, qu’il visitera Neil ravit son public en reprenant parmi ses plus célèbres chansons. Les années 60 et 70 se taillent la majorité du répertoire, « Spirit road » (extrait de Chrome dreams II de 2007) étant l’exception. Si le concert est très électrique, Neil passe tout de même à l’orgue, en solo, pour le seul « Mother earth » alors qu’il passe à la guitare acoustique pour cinq titres tirés de Harvest et de Comes a time. Le public, du coup, est très calme. Neil s’en amuse d’ailleurs : «  Je voudrais vous présenter mes amis mais vous êtes tellement calmes que j’ai peur de vous effrayer ».

Depuis le début de la tournée, il reprend « Get behind the wheel », le seul extrait de son dernier album récemment paru. Pour Anvers, il a fait une superbe exception en remplaçant cette chanson par le merveilleux « I’ve been waiting for you », extrait de son tout premier album solo de 1969, et que Bowie a d’ailleurs ressuscité en 1997 sur son album Heather. Mais des cadeaux pareils, ça se paie. Ainsi, après « Rockin’ the free world » et, en rappel, un dévastateur « Like a hurricane », il s’en est allé sans reprendre le « A day in the life » des Beatles interprété à Barcelone, Nantes et Paris.

Neil terminait néanmoins ainsi deux heures d’un concert généreux qui n’avait rien de nostalgique. Juste de grandes chansons reprises par un foutu bon groupe et surtout un chanteur et guitariste hors pair. Pour des concerts comme ça, Neil, tu reviens quand tu veux. THIERRY COLJON

Pour parler du premier volume de ses Archives (paru chez Warner Music en trois formats), Neil Young nous a accordé une interview exclusive que l’on retrouvera dans « Le Soir » lundi matin.

La setlist:

Love and only love

Hey, hey, my my (into the black)

Everybody knows this is nowhere

Pocahontas

Spirit road

Cortez the killer

Cinnamon girl

Mother earth

Don’t let it bring you down

Goin’ back

Comes a time

Heart of gold

Old man

Mansion on the hill

I’ve been waiting for you

Rockin’ in the free world

Like a hurricane


commenter par facebook

6 commentaires

  1. misterdum

    7 juin 2009 à 13 h 18 min

    C’était exceptionnel! Ca m’arrachait un peu de payer 74€ mais ca les valait amplement au final. Superbe prestation.

  2. la bande des 5

    7 juin 2009 à 13 h 48 min

    C’était tout simplement grandiose : un Neil Young en super forme, un son exceptionnel et une musicalité parfaite. Du tout grand Neil Young. Merci pour ce magnifique concert.

  3. -OnTheRoadAgain-

    7 juin 2009 à 21 h 30 min

    Un concert magnifique pour un homme exceptionnel. Un son parfaitement abouti. Chapeau, l’artiste !

  4. arry

    8 juin 2009 à 7 h 48 min

    Quel concert ! Perche devant son ampli a sortir des sons tordus de sa gratte, Neil Young et son band etaient bons. Keep on rocking

  5. Pikpik

    8 juin 2009 à 8 h 08 min

    Un concert de Neil Young: un peu de douceur dans ce monde de brutes. Merci au soir pour les invitations ;o) !

  6. Reynold Pereira

    8 juin 2009 à 8 h 57 min

    It was a great concert. Neil Young was in fine form and the rockin’ energy was still there. Un concert exceptionnel

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>