Les festivaliers suivis à la trace à Wechter

Dominique Duchesnes - Archives Le SoirLes festivaliers du Rock Werchter, ou plus particulièrement leurs GSM, seront suivis automatiquement ces prochains jours via des scanneurs Bluetooth, à l’initiative d’une équipe de chercheurs de l’université de Gand. Les chercheurs espèrent ainsi se faire une idée des mouvements et du comportement en termes de déplacement des personnes sur la plaine du festival.

Les mouvements de tous les festivaliers possédant un GSM Bluetooth ou un PDA (personal digital assistant) seront automatiquement analysés à l’aide de différents scanneurs Bluetooth. Les festivaliers ne doivent cependant pas craindre une intrusion dans leur vie privée : seules les adresses MAC de leurs appareils seront suivies. Cette adresse ne peut être liée à des numéros de téléphones et à des données de personnes.

L’objectif premier de cette expérience sera de mesurer le degré d’efficacité sur le terrain de l’analyse des mouvements via Bluetooth. Un événement d’envergure comme le Rock Werchter, qui génère de nombreux mouvements de foule, est à cet effet idéal. Les chercheurs analyseront les résultats mais ils tenteront également de les interpréter. “Nous analyserons par exemple où un groupe joue, à quelle heure il commence et termine son set et les mouvements de foule qui en découlent. Ces mouvements seront également analysés en fonction des conditions climatiques”, explique le professeur Nico Van de Weghe.

L’expérience menée pendant le festival Rock Werchter se fait dans le cadre d’expériences réalisées par une équipe de la faculté de géographie de l’université de Gand qui souhaite en apprendre davantage sur l’introduction sur le terrain des nouvelles technologies et des systèmes d’information dans le cadre de l’étude des mouvements. L’analyse des mouvements via Bluetooth pourrait se révéler intéressante à l’avenir pour analyser les embouteillages ou pour permettre une intervention plus rapide lors d’événements de masse, lorsque des problèmes d’évacuation surviennent.

Jérémy Chauche (St. avec Belga)


commenter par facebook

2 commentaires

  1. no-logs

    2 juillet 2009 à 18 h 26 min

    On imagine très bien l’utilisation de ces technique lors de manifestations, avec une efficacité tout particulière pour “gérer la foule” et prévenir ses “débordements” … big brother quand tu nous tien …
    y aura t’il une version publique à disposition des manifestant eux même permettant de connaitre la position des cordons de sécurité ? sans doute que non. Mais heureusement dites vous, nous ne sommes pas en Iran, il n’y a pas de danger n’est-ce pas?
    Les banques sont solides, et le ciel ne nous tombera pas sur la tête …

  2. hihihihi

    2 juillet 2009 à 23 h 33 min

    FAN-TAS-TI-QUE !

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>