Les Ardentes ont le sourire

sourire.jpgLamproye affichent un franc sourire lors de leur point presse, dimanche après-midi. Malgré une «conjoncture difficile, des annulations sur lesquelles nous ne reviendrons plus et une météo capricieuse, le bilan est positif». Les Ardentes restent bel et bien fringantes. Succès populaire. Succès musical aussi.

Ceci étant, les trois premiers jours, une grande partie du public débarquait sur le site en fin de journée. «<Je n’ai jamais joué devant autant de monde»,s’extasie Béatrice Martin, capitaine du vaisseau Cœur de Pirate, dimanche sur le coup de 13h.
Nous sommes dans le hall pour déguster la rythmique meurtrière (PIL, The Fall…) de Madensuyu. Après The Bony King of Nowhere jeudi, c’est une autre formation gantoise qui fait sensation. Le duo guitare/batterie joue la finesse derrière un fracas sonore et des gerbes d’électricité.
Au sortir du concert de Rodriguez (voir match du jour), on tombe sur Bouli Lanners. Pas peu fier de nous annoncer qu’il a passé une partie de la soirée avec le lascar, bon vivant que certains croyaient mort. Et qu’il a négocié, par la même occasion, les droits d’une chanson pour le successeur d’Eldorado, actuellement en cours d’écriture.

«C’est vraiment génial. J’ai bouclé la BO de mon prochain film ce week-end. Les Herman Dune vont également écrire des originaux. Manque plus que Mark Lanegan.»

Scène d’anthologie

Miss Platnum, Roumaine de Berlin, étonne par son look et ses mélodies balkaniques. Tout le contraire de Gabriella Cilmi, sa soul cuivrée et sa voix chaude.
Allez, au risque de se retrouver avec du goudron et des plumes, les morceaux des Subways ne sont pas des plus originaux. La formule est éculée mais le résultat est détonant. Les riffs (basiques) de guitare déclenchent nos scènes favorites de festival. Comme dirait l’autre : «Tout le monde les bras en l’air!»

Les rayons du soleil ont du mal à percer. Mais Alela Diane a sa coupe d’été. La petite est passée chez le coiffeur. Son père s’est rasé. Et son mec prend toujours autant de place avec sa basse. C’est à peu près tout ce qu’il y a de neuf du côté de la talentueuse et fragile songwriter de Nevada City.
Malgré de bons concerts, le folk a eu la vie dure pendant quatre jours. Le rock aussi si l’on excepte la tornade locale Experimental Tropic Blues Bland. Ce que veulent les Ardentes, c’est faire la fête. La fête envers et contre tout. Que ce soit sur le «Standing in the way of control» de Gossip ou sur les «<explicit lyrics» de Peaches. Sur le dubstep de Skream et de Benga ou sur la scène de l’Open Air.
Scène d’anthologie, d’ailleurs, samedi soir. Tom Barman a transformé le set (qui a dit bourrin?) de Magnus en incroyable free party. Le leader de dEUS s’est amusé comme un petit fou, rejoint sur les planches par plusieurs centaines de festivaliers. Un fameux bordel.
Bordel qu’aurait sans doute encore davantage flanqué le démerdard Kool Shen s’il était venu avec son hacheur de voiture préféré, le prisonnier Joey Starr.
Le shérif John Stargasm et ses adjoints sont attendus en soirée pour boucler la fête. Menottes superflues.

Lire : 3 questions à Fabrice Lamproye

Toutes les photos dans notre portfolio (Photos Dominique Duchesnes)

Julien Broquet et Philippe Manche 


commenter par facebook

8 commentaires

  1. Gérard

    13 juillet 2009 à 0 h 53 min

    Pourtant jeudi et vendredi c’était pas la grande foule. Le sourire reflète la vérité ou c’est juste une façon de sauver la face?

  2. Rrrrr

    13 juillet 2009 à 9 h 37 min

    A quand une affiche digne de ce nom aux Ardentes. Pourquoi étaler cela sur 4 jours alors que l’on pourrait condenser sur 3 ou 2 jours. Les organisateurs ont bcp de chance d’avoir toujours autant de monde. Le public liégeois vient en grande partie uniquement pour faire la fête sans se poser de question mais jusque quand ????

  3. tontepo

    13 juillet 2009 à 11 h 53 min

    Clair qu’on se demande pourquoi ils font 4 jours.
    J’aurais préféré 2 jours bien condensés et intenses plutôt que de passer des heures à attendre la soirée pour finalement rater des groupes à cause d’un line up mal géré.

    Autre remarque, laisser 2 personnes servir au bar à la fin de ghinzu alors que tout le monde aurait aimé flaner une dernière heure avant de rentrer à casa, c’est vraiment très lourd.

    Mais je me suis bien éclaté durant 4 jours, mais je suis déçu du festival. Il ne vaut vraiment pas le prix demandé.

    Si on compare

    ardentes = 105€+15€ (camping) = 120€

    pukkelpop= 135 € avec camping compris ainsi que tous les transports publics pour arriver jusqu’au site. Sans parler de l’affiche qui est quand même d’un tout autre calibre. On a l’impression que si les ardentes avait les artistes de l’affiche du pukkel, il ferait un festival de 30 jours…

    Mais bon…Les ardentes ont le mérite d’exister, c’est déjà pas mal. Mais il faut vraiment améliorer certaines choses.

  4. rens

    13 juillet 2009 à 13 h 32 min

    c’est en effet une chance que ça se passe à liège et que les liégeois, quand y a un gros truc à Liège, ils répondent souvent présents!
    Bref, merci les liégeois!

  5. rosas60

    13 juillet 2009 à 14 h 44 min

    Et pas un mot sur le Cactus festival de Bruges qui proposait une affiche bien plus riche dans un super cadre.

  6. Miguel

    13 juillet 2009 à 15 h 11 min

    Affiche très faible et ticket très cher. Le résultat c’est 6000 personnes le jeudi, 7000 le vendredi et le samedi, 9000 le dimanche. Les yeux plus gros que le ventre ?

  7. Palmtree

    13 juillet 2009 à 17 h 06 min

    Comme on se disait entre nous, “C’est vraiment parce qu’on habite Liège et que c’est facile d’y aller. Sinon on ne serait pas venus”.

    Affiche vraiment BOF cette année. Donc très cher pour ce que c’était.

    Par contre, grosses améliorations au niveau de l’organisation : pas de boue pour ainsi dire (grâce au dallage), des toilettes propres et sans files, escaliers plus larges, fouilles bcp moins poussées (exagérées par le passé), etc.

    Année mitigée donc.

  8. lilie

    16 juillet 2009 à 9 h 09 min

    Dans l’ensemble du même avis que tous le monde,
    avec en plus un Bemol pour le son : HF6 impossible de comprendre les paroles des chansons,à moins d avoir une place centrale face à la scène, et l open air, nickel son ( quoi qu un peu fort) jusqu à 4 m de la scène; après oublie “l’ambiance”, c est la même chose que dans ton salon ( bon suis pas ingénieur du son, mais pq pas un relais a partir de la colonne son ?)

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>