The Aim a un but : faire réfléchir

theaim.jpgEn se cachant derrière une tête d’animal pour toute leur communication, les trois membres de The Aim ne laissent rien au hasard. Titrant le premier album, Emergency, le trio mené par le Nantais Guillaume Corpard, ne peut être plus clair sur ses craintes écologiques : « C’est une charte graphique que j’ai imaginée il y a deux ans déjà. Je vis dans une ferme avec plein d’animaux, dans un village près de Ciney. Sur la pochette du disque, tant le golden boy attaché à l’arbre mort que les puits de pétrole, dans le fond, symbolisent le profit et la cupidité. Les animaux crient, ils sont mécontents. »

Ce disque, sorti juste avant le Animals will save the world de Joshua, est bien de son temps. Il est l’œuvre de Guillaume, alors qu’il vivait encore à Nantes.

Après différents projets autoproduits, entre chanson, jazz et rock, il décide un jour de revenir à ses premières amours en montant un groupe de rock. Pour ça, direction la Belgique, en 2006 : « Pour moi, le terrain du rock, c’est la Belgique. Depuis dix ans, depuis dEUS, il n’y a que les Belges pour jouer du rock. En France, tout reste flonflons. »

Toutes les photos du festival (Photos : Sylvain Piraux, Belga)

Thierry Coljon


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>