Le rasta, c’est ça!

uroy.jpgS’il y a deux styles qui font à coup sûr le plein à Dour, à condition d’en dénicher de dignes représentants, c’est bien le reggae et le hip hop. Du haut de la Red Frequency Stage et de leurs quasi 125 ans à eux deux, U-Roy et Pablo Moses ont donné une véritable leçon.

Une leçon, oui, mais dans la bonne humeur. Le temps d’un concert dont l’atmosphère gagne peu à peu en intensité pour se terminer sur les basses profondes du dub. U-Roy est impassible derrière sa guitare, son comparse fait passer le message de sa voix claire. « Do you love Jamaïca ? » Non, peut-être ! Un drapeau noir-jaune-vert flotte d’ailleurs sur la prairie, et son ou sa propriétaire l’agite en permanence. Moses le vieux lion mystique et poétique peut bien interpeller le public et le remercier pour les bonnes vibrations, il est acquis à sa cause… On crie « rasta » sur le refrain de « Pave the way ». « A song », dans les premiers rangs, tout le monde connaît. Et ils sont nombreux à joindre le geste à la parole sur « Rasta », extrait de l’album « We refuse ». Ce qui donne à peu près ceci : « rasta don’t take no cocaine, we only smoke the good ganja ». De la bonne humeur, qu’on vous dit !

Toutes les photos du festival (Photos : Thomas Blairon, Belga)

Didier Stiers


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>