Them Crooked Vultures, donc…

Accueillis sur scène comme des demi-dieux, qu’ils furent, les quatre vautours. Dave Grohl (batterie), Josh Homme (chant, guitare) et John Paul Jones (basse) pour le noyau de ce nouveau super groupe, et Alain Johannes pour l’épauler à la guitare et au clavier. La réplique a été courte (une heure pile) mais électrique.

Pas de fioritures, quasi pas de temps morts, pas de commentaires inutiles de la part de Homme sobre comme jamais, qui se contente de présenter quelques-uns des morceaux, de dire « merci » et de répéter à quel point c’est un plaisir d’être là. Aux fûts, Dave Grohl est tout bonnement dévastateur. Puissance, précision, et un doigt de fantaisie. Dans son coin, l’ex-Led Zeppelin caresse une basse qui complète cette section rythmique, assise d’un rock’n'roll joué avec les accents métalliques qu’on attend de la part d’une telle bande. On réécoutera plus tard et plus à l’aise ce que ça raconte, mais côté son, c’est souvent carré, l’intro ronronnante de « New Fang » faisant même curieusement un peu ZZ Top. Exceptions : des titres aux structures un peu plus alambiquées, comme « Nobody Loves Me And Neither Do I » joué en fin de set, ou « Daffodils », plus lyrique, plus psychédélique. « Gunmen » démarre sur les cymbales que le batteur cingle de coups, puis se calme le temps d’un petit break basse/batterie, parfait pour taper dans les mains.

Au fait, quelle est la différence avec ce que Josh Homme et Dave Grohl concoctaient du temps de « Songs For The Deaf » ? Ben… là aussi on aimerait réentendre ça pour comparer plus à l’aise, mais ça n’a en tout cas plus rien à voir avec le stoner d’antan. Exit les atmosphères lourdes ou poisseuses, comme si le retour des groupes à guitares, caractéristique des années 2000, gagnait ici un petit supplément d’électricité. Bref, on s’est plutôt bien amusés, on a tapé du pied, dodeliné de la tête, ouvert les yeux pour bien voir cette dream team en action, en se disant que la prochaine fois risque de ne pas arriver de sitôt.

Didier Stiers


commenter par facebook

5 commentaires

  1. Gallo Nicolas

    21 août 2009 à 5 h 10 min

    Julien, Phil???
    Nicolas from guyane

  2. piet

    21 août 2009 à 9 h 08 min

    J’étais hier au Pukkelpop pour essentiellement FAITH NO MORE et je peux vous dire que c’était énorme !!! Vite un article SVP avec le set list.
    Pour Them Crooked Vultures, j’étais malheureusement trop loin mais ça sonnait vraiment pas mal. Vivement un album. Et dieu créa Mike Patton …

  3. Doctor Foxe

    21 août 2009 à 10 h 44 min

    @ Piet

    Explique FNM!

  4. Bebs

    21 août 2009 à 10 h 46 min

    Tout le monde n’a pas le même point de vue que le journalistes. Je n’ai pas vu de grosse ambiance pour ce groupe qui, pour moi, fait du Queen of the Stone Age et n’a pas vraiment mis le feu.

    Faith no more mérite vraiment plus un article. Mike Patton est incroyable. Il n’a vraiment pas pris une ride.
    Son petit tour dans la zone VIP m’a bien fait marrer.

  5. piet

    21 août 2009 à 10 h 54 min

    Assez d’accord avec Beds mais maintenant, il faut voir en album. Pour Faith, il n’y a rien à dire, juste à savourer. Si vous ne les avez jamais vu (moi c’était le première fois), c’est fabuleux.
    Patton est avec Vedder l’une des meilleurs voix du rock au monde. Et effectivement, sa balade dans l’espace vip fut de toute beautée. Je l’entend encore dire : “Hey motherfucker, you are not in the museum, move your fucking ass…”. J’espère qu’ils vont prolonger leur reformation parce que c’est une bombe!!!

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>