Back to the Future (of the Left)

Même s’il ne remplacera jamais dans nos coeurs McLusky, Future of the Left, né sur les cendres du groupe gallois, a plutôt bien tiré son épingle du jeu. Parvenant à nous convaincre depuis avec des albums et des concerts burnés. Vendredi au Shelter, où on a vu A Place To Bury Strangers un peu plus tôt dans l’après-midi, Andy Falkous et ses comparses buveurs de whisky ont une nouvelle fois fait cracher les enceintes. La guitare crie. La voix hurle. Les premiers rangs se rentrent gentiment dans le lard. De temps en temps, Falkous s’installe au clavier. Comme pour l’excellent Manchasm. Extrait du premier album Curses dont le successeur, Travel with Myself and another, est sorti en juin. Tendu. Acéré. C’est l’heure de la testostérone. Des vociférations. Du rock mal élevé. L’heure des histoires de guinzes, de bagarres et d’attentats. Mais que fait la police ?
J.B.


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>