Golden Silvers : Keane’s Evil Cousins

Les groupes de pop anglaise sont souvent bien moins intéressants qu’on le dit. Du moins que le NME le prétend. La plupart se dégonflent comme des ballons de baudruche le premier single passé. Quand il n’est pas, déjà, insupportable et méchamment boosté. Les Golden Silvers méritent mieux que les quolibets. Les Golden Silvers proposent une pop atmosphérique et romantique. Une pop sans guitare qu’ils défendent avec une basse, un clavier et une batterie. La voix de Gwylim Gold n’est pas aussi juste et convaincante que sur leur premier album True Romance (rien à voir avec le film de Tony Scott scénarisé par Tarantino) mais certains passages sont franchement intéressants et excitants. A commencer par ces titres qui commencent tout en douceur, limite cheesy, pour se terminer de manière complètement barrée.
Notamment inspirés par les Beach Boys et Prince, les trois Londoniens ont une histoire hors du commun. Ils se sont ouvert les portes de Glastonbury sans disque et sans contrat. En remportant un concours auquel ils ne s’étaient même pas inscrits. Leur manager ayant envoyé une démo et rempli le formulaire de participation sans même leur en parler. Autoproclamés les « Keane’s Evil Cousins », les Golden Silvers estiment faire de la « Love Music ». Romantique qu’on vous disait…
J.B.


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>