Le match du jour : Asher Roth vs Dizzee Rascal

asher.JPG  Les antécédents, à charge et à décharge et notre verdict. dizzee2.JPG

Asher Roth

Nom. Asher Paul Roth.

Naissance. Le 11 août 1985 à Morrisville (Pennsylvanie).

Antécédents. Moins précoce que son adversaire du jour dont il est l’aîné, Asher, mince petit blanc dans la cour des noirs, a sorti son premier album au printemps dernier. Son titre : « Asleep in the Bread Aisle ». Pas endormant pour autant, puisqu’avec « I love college », il peut aussi compter sur une certaine présence en radio.

A charge. On ne parlera pas encore de hit. En live, le garçon soigne ses entrées en scène, mais elles sont précédées par un tandem batteur/dj trop démonstratif. On échappe de peu au solo de caisses façon seventies. Ah, oui : certains l’ont traité de pâle émule d’ Eminem.

A décharge. S’il aime le collège, on comprend aussi tout de suite qu’Asher aime la fête. Sur scène, il se donne, file serrer quelques mains dans les premiers rangs, puis revient, rejoint par un deuxième MC qui fait office de partenaire de tchatche comme de jeu sur fond de « Wannabe ». Oui, les Spice Girls…

Verdict. On apprécie le son « live ». Mais n’est pas Beastie Boys qui veut, on se contentera donc d’une réprimande.

Dizzee Rascal

Nom. Dylan Kwabena Mills.Naissance. 1er octobre 1985 à Bow (Londres).

Antécédents. Rappeur anglais aux origines ghanéennes et jamaïcaines, Dizzee Rascal est sans doute le plus populaire des artistes grime. Un style de hip hop garage propre à la Grande-Bretagne, proche du dubstep. Mills, qui possède son label (Dirtee Stank) a 23 ans et déjà trois albums à son actif.

A charge. Le Marquee est rempli, blindé, bourré massacre. Puis quelques morceaux de son nouveau disque, Tongue N Cheek, ne sont pas du meilleur goût. Dommage cette quête du mainstream.

A décharge. Son album ne sortira que fin septembre mais le lascar a déjà deux immenses singles à son actif. Epaulé par Calvin Harris et Armand Van Helden, il a pondu Dance Wiv Me et, surtout, Bonkers qui met un souk du méchant dans la moiteur de Kiewit.

Verdict. Dizzee Rascal s’éloigne du grime et vise le grand public mais il a une pêche incroyable et communicative. Un flow toujours agressif. Jamais mielleux. Victoire haut la main.

STIERS,DIDIER


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>