My « Noisy » Valentine

Ce n’était pas une légende. Quoi ? Ce n’était pas une légende. Jeudi, sur le coup d’une heure du matin, My Bloody Valentine a démontré qu’il méritait toujours sa réputation de groupe qui joue le plus fort au monde. Après quelques minutes seulement, alors que des bénévoles distribuent des bouchons de protection, une partie du public s’enfuit la moue perplexe et les oreilles bourdonnantes. Attaqués. Agressés. Les shoegazers irlandais pourtant maîtrisent. Rarement l’expression mur du son a aussi bien porté son nom. Les morceaux de « Loveless », leur chef d’œuvre, l’un des albums les plus importants et influents du rock dans les années 90, donnent le ton. Les quatre maçons empilent les guitares et cimentent à coups de distorsions.
Ce n’est pas juste un concert. C’est une expérience physique. Trop jeunes pour déjà perdre l’ouïe, on assiste au concert de dehors alors que le Marquee est à moitié plein. Ou plutôt à moitié vide tant Kevin Shields et ses bruyants amis auraient mérité davantage d’égards. Le monde est mal fait. Le succès de My Bloody Valentine a toujours été plus critique que public. C’était déjà le cas avant sa séparation. Enfin, le terme est mal choisi. My Bloody Valentine n’a jamais officiellement splitté. Mais les problèmes… (ben oui) auditifs de Shields l’ont mis hors-circuit et ont longtemps rendu improbable l’hypothèse d’un nouvel album. Depuis que le groupe a annoncé, en novembre 2007, son retour sur les routes, Shields promet un disque. Alors, c’est pour quand ?
J.B.


commenter par facebook

9 commentaires

  1. vincent dubuisson

    21 août 2009 à 18 h 38 min

    J’avoue être venu au Pukkel ce jeudi en partie pour découvrir My Bloody Valentine. Je n’ai pas tenu très longtemps. Mais pas seulement à cause du volume. Je suis sorti du Marquee pour faire un autre essai. Mais ce qui m’a surtout dérangé, c’est qu’on n’entendait quasi pas les voix. Donc comme j’avais 160 km à faire, j’ai rendu les armes.
    Dommage.
    PS : pourriez-vous dire aux organisateurs que pour des gens qui avaient annoncé un festival “vert”, j’ai trouvé que nous marchions dans un véritable cloaque. Le sponsor des poubelles avait surtout mis l’accent sur l’esthétique et pas sur la quantité, ni sur le sytème de remplacement des sacs pleins en 6-4-2.
    Dour était un palace par rapport à la plaine du Kiewit. Tant mieux pour Dour

  2. Stephane

    22 août 2009 à 0 h 50 min

    Oulah, My Bloody V. existe encore ? Je me souviens les avoir vus (et surtout entendus…) en concert au début des années 90. C’est déjà loin tout ça mais c’était effectivement très, très saturé… Sauf si on ne craint pas de ruiner ses tympans à moins de 30 ans, le “Shoegaze” s’écoute plutôt en CD (enfin, sur les supports HiFi de maintenant…)

  3. messhugoth

    22 août 2009 à 11 h 52 min

    A tous ceux qui pensent que My Bloody Valentine joue fort, allez à un concert de Manowar (détenteur du plus haut taux de décibels dans un concert – Guinness Book)

  4. Lilian

    22 août 2009 à 11 h 54 min

    A vingt ans, on se crêpait le chignon entre shoegazers et néométalleux, moi étant plutôt dans le camp des premiers. Ici, Deftones et Faith no More ont assuré vachement ! My bloody Valentine faisait franchement peine à voir. Après une minute à admirer en première ligne les jambes de la belle dont j’ai pas entendu le son de la voix, j’ai fui craignant une explosion de tympan… Un quart de Marquee sceptique. Et j’ai quitté le pukkel un brin honteux après un Feed me with your kiss à peine reconnaissalbe. Les potes se foutaient de ma tronche. “C’est ça My bloody Valentine ?” Kevin Shields a beau être perfectionniste. J’avais espéré mieux pour le come back !

  5. Phil

    23 août 2009 à 14 h 53 min

    MBV est de toute façon au-delà de la critique; un des concerts les plus intenses du pukkel.

  6. Lua

    23 août 2009 à 20 h 55 min

    Fan de la première heure, j’ai quant à moi été mitigée.. Le soucis est que, MBV tourne encore pas mal dans mon I pod mais en concert, un son qui aurait été adulé il y a 15 ans (par moi certainement) me parait actuellement complètement inaudible. La plupart des autres groupes se sont plus ou moins adaptés, mais MBV a décidé de rester intègre et de faire son son 90′.. Les temps ont changés et les larsens et autres sons saturés de la noise n’ont plus la quotte…

  7. wise

    24 août 2009 à 11 h 28 min

    Je comptais écrire un petit mot… Mais je pense exactement la même chose que Lua… donc, je vais pas la plagier :-) Dire que MBV était une de mes plus grosses attentes du pukkel… Ce fut également ma plus grosse déception. Mais toutes les bonnes surprises de ce merveilleux festival m’ont très vite fait oublier le mur du son sanglant :-)

  8. marc

    25 août 2009 à 18 h 41 min

    La course aux armements sonores, on laissait ça à des groupes comme Manowar, non? Le son insensé de My Bloddy Valentine a tout simplement noyé leurs morceaux. Oui, ils sont bruyants. Oui, ils sont probablement sourds. S’ils n’ont rien de plus à proposer en 2009, on se contentera de leur vieux Loveless, album plus cité que véritablement écouté.

    Allez, je me suis coltiné un compte-rendu du premier jour:
    http://www.mescritiques.be/spip.php?article905

    Les autres viennent bientôt…

  9. Lilian

    1 septembre 2009 à 22 h 22 min

    En somme le split d’Oasis a du bon et annonce peut-être le retour de leur bassiste dans le giron de Ride pour un come back. On serait à n’en pas douter moins déçu que par MBV… Ils chantent plus juste, de manière plus audible et ils sont moins sourds que Kevin Shields… Kill your idols ! “There will be another Messiah right here next week” (H.Rollins)

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>