Nous, c’est Madensuyu, et vous?

Après une intro tout en atmosphères tranquilles signée Dan San, quelques velléités déjà plus électriques commises par les Gantois aux yeux bridés de Hong Kong Dong et un Lucy Lucy qui termine façon rock en incluant dans son set une reprise plutôt décapante du “Bad Kids” des Black Lips, c’est avec Madensuyu qu’on est réellement sorti des sentiers battus, ce soir.

Vu comme ça, ils n’ont l’air de rien, Stijn et PJ, assis sagement devant leurs deux grands amplis. Mais une fois qu’ils entrent en action, il devient assez difficile de ne pas taper du pied, agiter la cuisse ou osciller de la tête. Mélange à priori improbable de psychédélisme, de post et de math rock, d’une voix vaguement crampsienne par moments, d’une batterie énorme, parfois tribale, et d’une guitare triturée implacablement, Madensuyu s’avère être un duo redoutable, capable de faire monter la tension comme d’installer la bonne humeur dans la salle rien qu’en parlant de la bâche dont il a fait l’acquisition pour couvrir le fond de scène.

A l’heure qu’il est (22h52), Yoko Sound vient de monter sur les planches de la Rotonde. Piano Club, dont le line-up a été étoffé (on y reviendra), doit encore occuper l’Orangerie. Jusqu’ici, c’est en tout cas ce second groupe gantois de la sélection 2009 qui aura fait la plus forte impression. Non?

Didier Stiers

[display_podcast]

Le concert de Lucy Lucy! en images

[moodio 372]


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>