Cœur de pirate sous les flots

MONTREAL
DE NOTRE ENVOYE SPECIAL

C’était un des événements de ces vingt-deuxièmes Francofolies de Montréal : le retour au bercail de l’enfant qui a réussi en Europe, Béatrice Martin, alias Cœur de Pirate. Cela fait longtemps que la jeune chanteuse montréalaise n’avait plus chanté dans sa ville, trop occupée à assurer son succès sur le Vieux Continent.

Mais elle n’a pas oublié pour autant que c’est à ces mêmes Francofolies de Montréal, en 2008, en première partie de Benjamin Biolay, que tout a commencé. Son premier album n’était pas encore sorti au Québec (il le sera en septembre de la même année) mais un journaliste des Inrockuptibles parla avec un tel enthousiasme de la prestation au Club Soda de Cœur de Pirate que celle-ci a immédiatement éveillé l’intérêt d’Universal-France.
On connaît la suite : en avril 2009, Béatrice donne son premier concert français au Printemps de Bourges, seule au piano, devant une centaine de personnes (dont votre serviteur) puis elle n’a cessé de tourner, pour défendre un disque qui fait à peine une demi-heure. Son duo avec Julien Doré, les récompenses aux NRJ Awards et aux Victoires de la Musique, encore des concerts, un retour à Bourges cette année et une tournée d’été 2010 qui passera par les Francos de Spa : il n’y a pas à dire, à 20 ans, la petite est une bosseuse.
Pour honorer l’honneur qui lui est fait, ici, de fouler la grande scène de la place des Festivals, mercredi soir, elle s’est entourée de nombreux invités issus de la nouvelle scène québécoise, comme Dumas, Tricot Machine, Jimmy Hunt et les Stills. Yann Perreau, deux jours plus tôt, avait fait pareil avec Ariane Moffatt, Bernard Adamus et Loco Locass… Une scène locale bien vivante et aux ambitions transatlantiques.
La pluie, malheureusement, est venue gâcher la fête et c’est devant un parterre de parapluies que s’est produite Béatrice malgré tout bien contente d’être là. Ce fut en tout cas l’occasion pour elle de tester sur le public quatre de ses nouvelles chansons destinées à un second album à paraître l’année prochaine. Avant de terminer par un « Comme des enfants » avec cordes et cuivres et, au final, une reprise de Malajube en compagnie de tous ses invités. THIERRY COLJON


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>