Echo and the Grizzlymen

lesoir.JPGCe n’est pas qu’on ait envie de se répéter, mais ce Werchter risque bien de battre tous les records niveau température… S’aventurer sous le soleil est presque mission impossible entre midi et le début de soirée, mais au final ça tombe plutôt bien, au vu de ce qui se passe sur la Main Stage : des Editors flamands (Customs), du punk FM pour midinettes (Rise Against) et de l’EMO tout droit sorti de la BO de « Twilight » (Paramore). Heureusement il y a le Marquee, son ombre et ses bonnes surprises – tels que ces jeunes Morning Benders, produits par Chris Taylor de Grizzly Bear.

Et c’est là qu’on rêve d’ours polaires et de ventilateurs géants, alors que le concert débute avec « Stitches » : grand morceau, sans doute le meilleur de leur second disque, « Big Echo » (qui vient de sortir chez nous). Nos quatre Américains ont l’air d’avoir 16 ans dans leur polo qui colle : « C’est le concert le plus chaud qu’on ait jamais fait de notre vie ! », concédera même Chris Chu (chant-guitare), et on est bien forcé de le croire… Pire qu’au Caire, paraît-il (miss météo l’a dit). Après une petite cover de New Order (« Ceremony ») et des « wou wou » en guise de final (« Excuses »), le groupe salue puis disparaît. Et hop, quatres polos tout trempés, quatre !

Grégory Escouflaire

L’interview du chanteur ici, quelques heures après le concert.
Un bon disque, « Big Echo », chez Rough Trade.


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>