Channel Zero, c’est bon pour tes oreilles !

Le plein air leur va aussi bien que possible : Channel Zero signe le premier séisme du week-end. A Herent, pas loin de Werchter, on recense déjà les premières vaches dont le lait a tourné.

La Main Stage a déjà vu passer Phoenix (c’était jeudi). Alors, ce samedi, pour les cendres et la renaissance, on remet notre sort entre les mains de Channel Zero. Fin du siècle dernier, nos compatriotes marquaient durablement les esprits en publiant quatre albums phares (Channel Zero, Stigmatized, Unsafe et Black fuel),  point de repère historique pour le métal made in Belgium. Treize ans après le split, le groupe est revenu sur le devant de la scène. Et pas qu’un peu, mon neveu ! Après six soirées jouées à guichets fermés à l’AB et un passage obligé au Grasspop, Channel Zero reprend, pour la troisième fois (1995, 1997, 2010), les rênes de l’arène de Werchter. (Merci Nico pour cette intro particulièrement professionnelle)

La scène a été prolongée d’un long praticable, bordé de bonbonnes de gaz. Chouette, des lance-flammes ! Mais pas pour la bande à Franky DSVD ; ce sont les zozos de Rammstein qui joueront ce soir les pyromanes. Les Belges, eux, n’ont pas besoin d’artifice pour déclencher l’incendie dans les premiers rangs. Clair qu’aller chercher les simples curieux planqués du côté des fritkots est moins évident. Mis l’énergie scénique intacte, ça aide. Les images qui passent sur les écrans témoignent : pas possible d’envoyer un plan stable de Phil B cognant sur ses fûts !

Pas de temps mort dans la setlist, juste quelques secondes ici et là pour « een beetje afkoelen ». Mais en fait de rafraîchissement, il n’y en aura pas. « Bad to the bone », extrait essentiel de Unsafe, déclenche l’orage en début de concert. « Self control » repêché dans leur Black fuel s’annonce par l’intro menaçante basse-guitare joliment placée. Quant à « Help », c’est le genre de titre qui met tout le monde d’accord : ce mec-là a toujours des capacités vocales de fou. Entre parenthèses, « Help » est aussi l’occasion d’un deuxième solo pour le guitariste Mikey Doling, ex-Soulfly, qui fête ce samedi son anniversaire. Ce concert-là, c’était déjà un premier beau cadeau.

Didier Stiers

Setlist

Suck my energy
Unsafe
Bad to the bone
Run with the torch
Heroin
Self control
Black flowers
Help
Call on me
Why
Fools parade
Black fuel


commenter par facebook

2 commentaires

  1. J-L

    4 juillet 2010 à 2 h 34 min

    En fait le long praticable, bordé de bonbonnes de gaz. C’était pour Pink….. ;) )

  2. ds

    4 juillet 2010 à 3 h 18 min

    De fait.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>