Feel Good Hit of the Werchter (le retour)

pink.jpgOn se résume une grosse partie de la journée de samedi ? Du show et un paquet d’extravagances pour certains invités, et puis « juste » un concert pour d’autres. Mais les plus emballants, comme souvent, ne sont pas toujours ceux qu’on croit.

Les Ting Tings résument à eux seuls quelques-unes des bizarreries de l’affiche 2010. Question : ont-ils vraiment leur place sur la main stage à 19h, alors qu’on sait que ces jeunes gens, au demeurant charmants, fonctionnent essentiellement avec deux hits (« That’s not my name » et « Shut up & let me go ») même s’ils sont tout juste sortis des studios avec un second album ? Formation réduite qui plus est (Jules De Martino aux bidouillages électronique et batterie, Katie White au chant, en résumé), pas particulièrement spectaculaires, et donc du coup, grande scène réduite par un long drapé noir. Dans le même temps, ou presque, on a Temper Trap au Marquee, soit un rock dont l’intensité et la ferveur n’auraient pas été déplacées sur cette même grande scène.Pareil, le topo pour Florence & The Machine, qui fait plus que remplir le chapiteau et dispose d’un public sensiblement du même âge mais réellement déchaîné. Il lui fait d’ailleurs un tel accueil qu’elle en déchire sa robe de bonheur ! Il faut dire aussi que l’Anglaise, avec des tubes certifiés comme « Dog days » et « Kiss with a fist », son sourire et ses chorégraphies de belle des champs, c’est pour les nombreuses ados présentes une véritable invitation à s’exploser les cordes vocales et les chevilles.

En terme de spectacle et de costumes, les Australiens d’Empire of The Sun, leurs danseuses et leurs têtes de poissons auraient aussi pu bénéficier d’un espace moins réduit que celui du chapiteau. Sorte de croisement entre les Pet Shop Boys et Modern Talking, ça aurait pu avoir son petit effet sur la plaine… Juste avant Rammstein, tiens, pour le contraste. Non, on déconne. Une qui ne déconne par contre pas avec le show, c’est bien Pink ! Pour qui la main stage, pour qui la tente ? Avec elle, la question n’a pas lieu d’être : quand on arrive dans une boîte transportée par une grue, qu’on se meut le long d’un câble, sur un catwalk environnée d’effets et entre des carrousels, il faut un peu d’espace pour apprécier la chose. Aurait-elle voulu en mettre autant plein la vue que les poétiques métallos allemands ? Allez savoir, toujours est-il que côté musique, on peut parfaitement trouver ça fort juste : temps de passage raccourci d’un quart d’heure et quasiment quatre covers dans la setlist, voilà qui sent aussi un peu l’embrouille.

Didier Stiers

Quelques setlists…

Ting Tings
We walk
Great dj
Fruit machine
Keep your head
Traffic light
Be the one
We started nothing
Shut up and let me go
Impacilla carpising
That’s not my name

Florence & The Machine
Howl
Lungs
Drumming
Blinding
Cosmic love
Strangeness
Dog days
Kiss with a fist
YGTL
Rabbit heart

The Temper Trap
Intro
Rest
Fader
Fools
Down River
Love Lost
Rez
Drum
Sweet
Science

Pink
Get the party started
Funhouse
Ave Mary A
Who knew
Just like a pill
Sober
I’m not dead
I don’t believe you
Dear Mr. President
Mean
Medley (Basket case – My generation)
Roxanne
Try too hard
What’s up
Leave me alone (I’m lonely)
So what


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>