Robert Plant redécouvre la country à Nashville

Voilà qui ne fera pas forcément plaisir à ceux qui espèrent tant une reformation de Led Zep avec ce bon Robert mais le succès de son association zen avec la chanteuse Alison Krauss ne l’incite pas vraiment à renouer avec les déluges électriques de son ami Jimmy Page.

En lieu et place de quoi, il nous revient avec un nouvel album solo enregistré à Nashville, avec des nombreuses reprises (Richard Thompson, Townes Van Zandt, Los Lobos…), des traditionnels arrangés par ses soins et ceux de Buddy Miller avec lequel il a produit ce disque et écrit une seule nouvelle chanson.

La voix du maître et la qualité des chansons sont évidemment les atouts maîtres d’un album d’un haut niveau musical. Mais qui ne restera pas comme un des sommets de la longue carrière d’un Plant qui a d’ailleurs intitulé ce disque du nom de son premier groupe, avant de rejoindre Led Zeppelin.

Retour aux sources donc, à la musique qu’il écoutait, avec la chanteuse Patty Griffin dans le rôle de la partenaire vocale.

THIERRY COLJON


commenter par facebook

2 commentaires

  1. Chasseur Immobilier Paris

    15 septembre 2010 à 19 h 37 min

    Il s’était déjà quelque peu égaré de la sorte.
    Sa voix, contrairement à beaucoup d’autres, a bien faibli je trouve…….

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>