Boutik Rock : mercredi, c’est Amatorski !

Pas besoin de s’emberlificoter dans de savants calculs pour le démontrer : la Boutik Rock, c’est au minimum un bon aperçu de ce que signifie le terme « éclectique ». Notamment quand on évoque la scène belge. Ou plutôt : les scènes belges, de Castus (photo) à des Gantois pas si amateurs que ça…

C’est une certaine douceur pop qui est de mise quand Le Yéti sort de sa tanière. Mercredi soir, à la Rotonde, il faudra en effet attendre « L’animal en moi », qui est également le titre de l’album à venir (sortie annoncée en mai ou septembre), pour l’entendre donner de la voix et charger l’air d’un peu plus d’électricité. Jusque-là, il se sera surtout montré sous son pelage le plus soft : des chansons d’amours un peu contrariées, pour les jours où il n’a rien à faire parce qu’il pleut ou qu’il fait trop chaud.

Avec les Anversois de Humb, on quitte le verbe posé pour basculer dans un mix funk/soul/hip hop… Ces jeunes gens sont dix. Mission : faire bouger ce public qui remplit peu à peu l’Orangerie. Tout est dans la réponse à la question que pose l’un des deux MC’s : « Vous suez déjà ? » Ben non, pas vraiment… C’est que ça joue nickel, mais propre, trop propre que pour véritablement transporter dans une autre galaxie. Avec un peu plus de percutant, voire de niaque dans le flow des voix masculines, les esprits se seraient peut-être réellement libérés. Et ce que vous savez aurait suivi…

C’est un garçon déjà vu et entendu ailleurs qu’on retrouve manipulant l’une des guitares de Ed & June : Rémy Lebbos, jusque-là repéré avec les Vismets, anime un autre projet depuis quelques mois maintenant. Synthés discrets, retour de la fée électricité. Par instants, on pense à Muse sans la démesure (en même temps, on est à la Rotonde), à un petit quelque chose de post-rock agrémenté de chansons. Et de violoncelle. Affaire à suivre : le groupe s’est lancé dans le projet casse-gueule d’enregistrer un ep 5 titres en un après-midi.

Les Caroloregians ? Comme leur nom l’indique : de Charleroi. Et comme leur nom l’indique nettement moins : des convertis au reggae. Des qui savent faire danser leur monde, mais c’est bien le moins quand on compte dans ses rangs des évadés des Moon Invaders. « Bonsoir, on s’appelle Castus et on va vous faire de la musique. » Tout est dit, dans cette intro pleine de sobriété : point de show spectaculaire pour Cédric, garçon discret issu de la galaxie V.O./Raymondo/Soy Un Caballo, revenant ici en trio (Frédéric Renaud, basse; Boris Gronemberger, moustache et batterie) pour une suite d’instrumentaux post pop qui fascine au fil des minutes. C’est qu’on finit par s’y laisser prendre, taper du pied et s’agiter le ciboulot, sur ces boucles et ces tripotages d’accessoires. On a même vu passer une sonnette de vélo le long de ses cordes, dites donc !

Amatorski, vous connaissez ? Moi, jusque-là, c’était juste de réputation, et par ce morceau, « Come home », entretemps repris pour illustrer une pub pour une eau minérale en trois lettres, clippée par Mr. Nobody Van Dormael. Et puis voilà qu’arrive cet ultime groupe de première soirée de Boutik Rock, et paf, on se retrouve sous le charme ! Amatorski, pour résumer grossièrement, c’est une sorte de trip hop acoustique, où le tapis de guitare triturée doit être la seule concession à la technologie, où les saxophones, le violon et le vibraphone viennent donner de précieuses couleurs à ces volutes lounge, décidément parfaites pour cette fin de mercredi. Chez ces Gantois, finalistes du Rock Rally, tout repose sur la voix, celle de Inne Eysermans, une fille fascinante qui vous tisse des chansons comme autant de musiques pour songes cotonneux. Une intro au piano vous envoie promener du côté de Tindersticks, et puis celle de ce même « Come home », leur « tube », vous expédie carrément dans le temps. Du côté des années 60. Visuellement, rien de spectaculaire : Inne est du genre introvertie et sur scène, son groupe n’est pas du style à déménager. Mais qu’est-ce que ça fait du bien aux oreilles. A la tête. Partout.

Didier Stiers


commenter par facebook

1 commentaire

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>