Deerhunter Underground

Deerhunter, un des plus beaux fleurons du rock indé US, se produisait hier dans une Orangerie du Botanique bondée. Le Velvet Underground des années 2000?

Le rock indépendant, c’est comme l’Eglise: On ne sait plus trop ce que ça représente aujourd’hui, mais à chaque époque son élu pour refortifier l’institution et créer de nouvelles chapelles. Le Velvet Underground en avait écrit le code, Sonic Youth représenté les ’80′s, Pavement les ’90′s… Et Deerhunter les années 2000? En tout cas, chaque album du groupe d’Atlanta tend un peu plus vers ce constat: critiques dithyrambiques, ventes minimes mais grandissantes et ce sentiment jamais mis à mal à l’écoute de sa musique que le groupe se cogne comme d’une guigne de ces considérations médiatiques et populaires.

Ce qui nous amène à cette soirée d’avril au Botanique ou Deerhunter a donné un concert quasi parfait dans une Orangerie bondée. Une performance de haut vol à la fois chaotique et totalement maîtrisée. Car Deerhunter est encore bien plus convaincant sur scène que sur disque. En 1h30, le groupe s’est approprié l’Orangerie sans trop d’effort, naviguant entre ballades pop cramées et longues séquences psyché-noise, se permettant même de lâcher les six minutes épiques de Desire Lines d’entrée de jeu et d’oublier Twilight At Carbon Lake (peut-être son plus beau morceau), sans que cela ne porte préjudice.

On sent les quatre musiciens (dont le chasseur de cerf en chef, Bradford Cox, silhouette osseuse et yeux cernés) complètement à l’aise sur scène. Peu démonstratifs mais jouant toujours juste et spontané. Les guitares sont à la fois claires et crasseuses, mélodiques et bruitistes. Elément qui fait la différence, Deerhunter n’oublie pas de signer avant tout des chansons (et à partir de là expérimente) comme cet Helicopter qui s’élève doucement du bruit blanc, et dont la performance d’hier était simplement sublime.

Il est encore trop tôt pour savoir si Deerhunter restera comme le meilleur représentant rock indé de notre époque. D’ailleurs, Deerhunter n’invente rien, mais a la bonne idée de piocher dans tous les styles qui ont nourri le rock à guitares ces quelques dernières décennies: pop, psyché, noise, lo fi, shoegaze, garage, post punk… Ce qui, en soi, offre déjà une bonne idée de ce qu’est le rock au XXIè siècle.

Didier Zacharie

Deerhunter, Helicopter, 2010
Deerhunter, Twilight At Carbon Lake, 2008

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

15 commentaires

  1. Jon

    12 avril 2011 à 10 h 54 min

    Et bien autant je trouve Halcyon digest super intéressant, antant je me suis emmerdé pendant ce concert (que j’attendais avec impatience).

    J’ai vraiment trouvé qu’il ne se passait absolument rien sur scène…

  2. Fernand l'ours

    12 avril 2011 à 11 h 14 min

    Je suis assez d’accord avec Jon. Cela dit, c’était bien moins pire que l’année passée lors des nuits du Botanique.

  3. Christophe

    12 avril 2011 à 11 h 34 min

    Je n’ai pas vu Deerhunter au Bota, mais la veille au Grand Mix de Tourcoing, et je partage totalement l’avis de Jon.

  4. lludovic

    12 avril 2011 à 14 h 38 min

    Super déçu de les avoir raté (plus de place), j’ai trouvé “Halcyon Digest” absolument fantastique ! (Petite critique perso de l’album : http://lloungeacts.blogspot.com/2011/02/critique-0016-reve-ta-vie-en-chanson.html)

  5. flo

    12 avril 2011 à 14 h 47 min

    oui c’est vrai il n’y a pas de ballons, de confettis ils ne sautent pas dans la foule, ne nous font pas taper dans les mains ou tenir nos briquets en l’air.
    Ils ne font rien d’autre que jouer de leurs instruments et nous envoyer un puissant coup poing dans la face sans faux artifice ou autres conneries du genre.

  6. Jon

    12 avril 2011 à 17 h 07 min

    Evidemment, si on n’a pas aimé c’est parce qu’on est amateurs de concerts granguignolesques.

    C’est pour ça qu’on est venu voir Deerhunter d’ailleurs…

  7. marko

    12 avril 2011 à 19 h 52 min

    j’ai été agréablement surpris par ce concert. un jeu de scène très bon sans fioriture. le public devant bougeait bien. oublions ceux qui sont venus plus pour se montrer que pour découvrir un excellent groupe de scène.

  8. lludovic

    12 avril 2011 à 21 h 09 min

    Super déçu de les avoir raté (plus de place), j’ai trouvé “Halcyon Digest” absolument fantastique ! (Petite critique perso de l’album : http://lloungeacts.blogspot.com/2011/02/critique-0016-reve-ta-vie-en-chanson.html )

  9. lludovic

    12 avril 2011 à 21 h 10 min

    (désolé le premier lien ne fonctionnait pas…)

  10. Location Espagne

    12 avril 2011 à 23 h 09 min

    Excellent !

  11. p2P

    18 avril 2011 à 13 h 43 min

    les ai vus à l’Apollo de Barcelone le 15 avril. concert pas sold out (places achetées la veille)
    quel concert ! morceaux étirés jusqu’à plus soif (y compris un grandiose “Horses” de Patti Smith), parfaite maitrise technique des instruments (pas de “tu m’as vu comme je joue ?”). Simplicité et gentillesse de Bradford Cox. Les espagnols étaient déchaînés ! Et niveau son, les appareils de mesure ibériques ne doivent pas être les mêmes qu’ici : Mogwaï à côté, c’était le Grand Jojo …
    Gräce !

  12. Julie

    26 avril 2011 à 12 h 15 min

    J’adore leur dernier album mais j’ai été très déçue par le concert. Pas seulement leur son, mais aussi leur attitude et la voix du chanteur qui ne sonne pas toujours très juste en live!

  13. bousval

    28 avril 2011 à 13 h 00 min

    Parce qu’il vaut mieux tard jamais. Mes impressions de cet excellent concert sont par ici: http://www.goldsoundz.be/?p=336

  14. Pingback: Goldsoundz » Deerhunter @ Le Botanique

  15. Medical Books

    9 juillet 2011 à 1 h 48 min

    Hello there, great submit thank you for giving !

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>