Queens of The Stone Age en démonstration à l’AB

La formation américaine Queens of The Stone Age a atomisé le public de l’AB mardi soir lors d’un concert où le groupe de Josh Homme revisitait son premier album éponyme dans son intégralité.

Des concerts où les gobelets volent dans les airs dès que les musiciens prennent possession des planches, il n’y en a pas des masses. Cette manifestation de joie spontanée donne en général un sérieux indice sur ce qui va suivre. Cette tournée des clubs des Queens of The Stone Age est un événement en soi. Depuis l’époque de Song for the deaf, et un passage d’anthologie à l’Ancienne Belgique, il faut se rendre dans les festivals pour applaudir l’ancien Kyuss. La sortie remastérisée de Queens of The Stone Age  est l’excellent prétexte pour Josh et les siens de s’offrir une tournée à l’ancienne.

Tournée archi complète. Les prix au marché noir avoisinaient les 150 euros. C’est dire. On a senti tout au long des 105 minutes de concert le plaisir qu’ont pris les cinq musiciens à jouer dans une salle qui sent la bière. A plusieurs reprises, le solide Josh Homme visiblement scié par l’accueil, n’a pas manqué de partager ce sentiment. Dès « Regular John », morceau d’ouverture du premier album joué dans l’ordre et dans son intégralité, les Queens ont fait très fort. Atteignant des sommets de rock psyché ou stoner lors des « Mexicola », « I was a teenage hand model » ou l’épique « You can’t quit me baby ».  Le groupe est soudé comme jamais. Le son excellent. Et l’ambiance dans la salle autant que sur scène : au zénith.

Si cette relecture était assez sidérante, on attendait beaucoup de la deuxième partie du set. Sur d’autres dates, les Queens balançaient leur best of et jouaient plus de deux heures. Mardi, on a eu droit à « Little sister », « No one Knows » ou « A song for the death » mais point de « Feel hit of  the summer”.  Ceci étant, le set proposé restait  extrêmement cohérent par rapport aux atmosphères moites et poisseuses de l’hallucinant premier album. Séance de rattrapage ce 24 mai au Trix à Anvers (complet) ou sur la plaine de Werchter le 30 juin.

Ph.Mn.


commenter par facebook

4 commentaires

  1. Spilerman

    6 mai 2011 à 12 h 43 min

    Ce concert était tout simplement époustouflant.
    Mis à part deux ou trois morceaux qui laissent la pression redescendre, c’était du très gros son d’un bout à l’autre du set. Une densité minérale en effervescence constante, un monolithe en mouvement ramené de l’âge de pierre, et guidé par cinq sorciers alchimistes dans la pleine maîtrise de leur art. Ce qui me frappait déjà sur les albums, et devenait évident ici, c’est la capacité de ces types à hypnotiser les esprits (beaucoup fermaient les yeux) tout en insufflant à tous les corps présents une énergie inépuisable. Vivre une telle transe collective, c’est une expérience rare en concert.

  2. Stéphan

    6 mai 2011 à 20 h 31 min

    C’était puissant. Toutes guitares dehors, Josh impressionnant au chant. Excellents musiciens. Public de fans (aye mes oreilles à chaque fin de morceau). Plusieurs fois de longues envolées instrumentales tournant en boucle à fond la caisse. 2 longs rappels. Aye aussi ma carte bancaire au bar aux retraits automatiques de jetons pour des pintjes et des Duvels……..

  3. manueldp

    7 mai 2011 à 11 h 55 min

    J’étais à Cologne la veille. Incroyable, 125 minutes de bonheur brut. Beaucoup de Songs for the Deaf dans la seconde partie mais pas de No One Knows. Par contre le public a pu choisir certains morceaux. Josh, you’re THE man.

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>