Congotronics : twelve points !

Pas besoin d’être grand marabout distributeur de flyers dans les boîtes aux lettres pour le dire : “Congotronics vs Rockers” sera l’un des temps forts du prochain Couleur Café. Tel qu’on l’a découvert hier sur la scène du Cirque Royal, le projet initié par Vincent Kenis nécessite encore quelques ajustements. C’est sûr. Mais après, ce sera une formidable machine à mettre des fourmis dans les jambes. Et la banane sur tous les visages !

Oui, il faudra encore repenser deux ou trois petites choses, dans cette aventure. Régler l’une ou l’autre intervention chantée, accélérer un enchaînement par-ci, combler un creux par-là, ce genre de détails… Mais quand on sait la manière dont ces musiciens ont composé et appris à jouer ensemble (allez jeter un œil sur le blog), quand on voit le plaisir qu’ils prennent à être sur scène, difficile de rester indifférent. Musicalement, c’est bien sûr à l’exact opposé des pillages ethno-dance de Deep Forest et consorts : l’idée est ici de montrer que les instruments traditionnels du rock s’accommodent parfaitement des mélodies chères aux invités congolais et, inversement, que ces derniers peuvent par exemple très bien accompagner l’une ou l’autre chanson signée par l’exubérante Juana Molina ou Mariam de Wildbirds & Peacedrums. La fusion est souvent réussie. Certains morceaux, chantés ou non, sont irrésistibles comme du Radio Bemba. Et ces likembés électrifiés qui ne payent pas de mine, qu’est-ce que leur son caractéristique est hypnotique !

Visuellement aussi, c’est attrayant. Avec le monde qu’il y a sur les planches, on cherche à tous les coups à voir qui fait quoi, entre l’impassible Mopero (le guitariste du Kasai Allstars) planté tout devant et Satomi, la lutine de Deerhoof installée au fond. Ajoutez des danses et le jeu de scène unique des Hoquets : impossible de s’ennuyer, en ce deuxième soir des Nuits 2011 !

Les Hoquets, justement… Prévu en première partie de soirée d’abord, le trio a été remplacé par les Américains de Skeletons (dont les accointances africaines sont bien perceptibles aussi) pour être totalement intégré dans le spectacle. Du coup, il propose quand même un court concert préalable sur le coup de 19h30, mais en rue ! Au Cirque, leurs percussions trouvent naturellement leur place dans cet ensemble qui les compte en nombre, mais les trois garçons ont également droit à un moment à eux avec ce petit morceau de leur cru : « Tchantchès ». On ne vous dit pas l’accueil dans le public…

Chaleur et bonne humeur, que demander de plus ? Une salle comble et, comme me le faisait remarquer Redboy, des spectateurs plus remuants ? Ça va venir, non ? « I’m lost without your rhythms », chantait Mariam la Suédoise pendant le rappel ; quand tout s’arrête, il y a effectivement un peu de ça. Mais il y aura de prochains rendez-vous. Dont celui du dimanche 26 juin

Didier Stiers

Le blog de « Congotronics vs Rockers »
Kasai Allstars: “Mbuji Mayi”
Konono N°1 live on BBC Radio 1


commenter par facebook

1 commentaire

  1. Mmarsupilami

    14 mai 2011 à 15 h 19 min

    Photos de ce concert sur mon blog : http://mmarsup.blogspot.com/search/label/Photos%20081

répondre

Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>