Black Box et autres révélations

Soirée belgo-belgicaine hier soir sous le chapiteau du Botanique. Bikinians, Great Mountain Fire et Black Box Revelation ont joint leurs forces pour une soirée pop-rock, pop dansante et «hey hey my my, le rock n’ roll ne mourra pas».

Aux Bikinians d’entamer les festivités. Pop-rock carrée aux accents 90′s (power pop était le terme générique usité à l’époque). Le rock des frères Lontie est certes très référencé, il est aussi joué avec beaucoup d’ardeur et de bonne humeur. Ce qui n’est pas plus mal… Et puis il y a ce titre, Rhinocirrhosis, riff funky irrésistible et refrain entraînant qui a lui seul méritait qu’on se lève, qu’on s’habille et qu’on fasse confiance à la STIB. Ce qui n’est tout de même pas rien.

Dehors, l’air est bleu et le ciel est doux…

On se précipite donc dans cet horrible chapiteau pour apprécier les Great Mountain Fire. Ici, quelques notes de synthé vintage, des guitares et une rythmique funkédélique et des refrains pop-pop-pop. Le tout nous est offert avec l’élégance d’un Metronomy. Les musiciens maîtrisent et l’intérêt est décuplé lorsque le Feu de la Montagne incorpore des éléments africains ou dub dans leur potion. Quelques tournées dans les jambes et gageons que ces braves gens peuvent devenir une vraie machine à danser.

Et bientôt le secret fut révélé aux disciples

Une chose est sûre, les Black Box Revelation ont leurs fans. Si le chapiteau était déjà bien rempli pour les deux groupes qui ont précédé, il est désormais difficile de faire dix mètres tant l’endroit est bondé. On oublie souvent que la Flandre n’est qu’à quelques kilomètres de Bruxelles… Pourtant, un concert des Black Box n’est pas à proprement parler très différent d’un précédent concert des Black Box. Nos deux Flandriens partagent ceci avec le jazz: la variation sur un même thème. Mais tout le monde s’en fout, les fans qui surfent déjà sur la foule et le groupe qui envoie son déluge d’électricité. Un truc incompréhensible: comment ces deux-là, uniquement armés d’une batterie et d’une guitare électrique peuvent-ils faire autant de bruit? Quel est le secret? Quelle marque d’ampli? Quelles pédales à effet?

En tout cas, le résultat est là, impeccable. Les Black Box font le boulot. La tension monte au fil du set, les guitares sont crasseuses à point et le rock n’ roll ne mourra pas. Leur manque juste un tube, un morceau qui sorte vraiment du lot, un Seven Nation Army épargné par les stades de foot pour les propulser en division supérieure. Il n’y a pas de raison! Pourquoi n’y aurait-il que les Anglo-Saxons pour atteindre la gloire?

Didier Zacharie

Bikinians, Rhinocirrhosis
Great Mountain Fire, Cinderella (trailer)
Black Box Revelation, I Think I Like You

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>