Le charme fin et inspiré de Bertrand Belin

On a eu l’occasion de dire tout le bien que nous pensons de l’auteur et compositeur français suite à la sortie de son attachant et troublant Hypernuit. Coincé entre Stéphanie Crayencour et Florent Marchet, vendredi soir dans une Orangerie joliment garnie, le Breton a séduit ses fans comme ceux et celles qui ne le connaissaient pas encore.

Entouré d’une batteuse, d’un claviériste et d’un autre musicien qui alterne basse et guitare en fonction des compositions Bertrand Belin, ce dernier, une superbe Gretsch vintage en bandoulière a surtout revisité son dernier album. Ce qui frappe en premier, ce sont les aptitudes guitaristiques du quadragénaire. Belin, c’est un peu comme un Howe Gelb chantant en français. Il lorgne fréquemment du côté de Neil Young tout en glissant de subtiles inflexions jazzy dans son chant. Papotant de manière décalée entre les morceaux, sa voix, lorsqu’il chante fait de petits miracles. Comme si il alignait les mots avec l’air de ne pas y toucher. C’est sans compter sur la violence sourde qui habite ses textes écrit finement et combinant poésie avec une certaine élégance que n’aurait pas renié Alain Bashung.
Alors que son dernier disque est plutôt apaisant et hyper soigné, Bertrand Belin, le groupe, y apporte sur scène groove et tension tout en jouant sur les voix lorsque les musiciens se mettent à faire les chœurs. Le public répond à chaque fois de façon plus chaleureuse et démonstrative à l’univers atypique et singulier de l’artiste. En cinquante minutes, et ravi de l’accueil, c’est un Bertrand tout sourire qui quittait les planches avec le sentiment du devoir accompli. Chapeau bas.

Philippe Manche

Bertrand Belin sera aux Francofolies de Spa le 21 juillet 2011.

Voici la session acoustique qu’il nous avait livrée, en avril dernier, à Flagey.


commenter par facebook

7 commentaires

  1. le dabe

    14 mai 2011 à 21 h 34 min

    Un petit article sur Florent Marchet ? Terrible concert !

  2. poupou

    15 mai 2011 à 20 h 07 min

    Superbes concerts de B Belin et F Marchet. La classe pour l’un , la folie et la mise à feu pour l’autre. Merci !!
    Crayencourt, bof: Je ne comprends pas ce qu’on lui trouve. Musique tres cliché et un peu deja vu.

  3. Nic

    16 mai 2011 à 0 h 20 min

    “une superbe Gretsch vintage en bandoulière”. Ce n’est pas une Gretsch mais une Gibson. Faut faire gaffe quand on s’appelle Manche et qu’on gratte dans le soir

  4. marc

    16 mai 2011 à 10 h 37 min

    bonjour bonjour,

    Bertrand Belin a été une bonne surprise. Voix superbe, ambiances délicates dans un americana que personne d’autre ne pratique comme ça en France. Il manque quand même des morceaux marquants, à la hauteur de ces qualités.

    Je m’étonne aussi qu’on ne parle pas des autres protagonistes de la soirée… Mais on peut aller voir ici:
    http://lesnuitsbackstage-fr.skynetblogs.be/archive/2011/05/14/florent-marchet-question-d-attitude.html

    Et des photos là
    http://mescritiques.be/spip.php?article1363

    ou là
    https://picasaweb.google.com/marc.mineur/FlorentMarchetBotanique13052011#

  5. dubois

    16 mai 2011 à 15 h 20 min

    Effectivement Marc, la guitare n’est pas une Gretsch mais une Gibson (et même une ES 347 assez rare!)… Il est vrai que Bertrand Belin a déjà utilisé une Gretsch précédemment http://www.youtube.com/watch?v=7c-8xDDjNzo

  6. alain

    17 mai 2011 à 13 h 25 min

    Je confirmais hier que la guitare n’est pas une Gretsch mais une Gibson (ES 347 très rare). Bizarrement, mon commentaire n’a pas été validé!

  7. P.Tanguy

    28 juillet 2013 à 15 h 31 min

    eh bien non Paul , c est une Gibson 335 TD de 1981 avec un switch en plus qui les micros en mode simple ..

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>