L’échappée de Miles Kane

Quelques semaines après avoir ouvert les concerts européens de Beady Eye avec un passage à l’Ancienne Belgique (le 22 mars 2011), Miles Kane s’installait à la Rotonde, dimanche soir. C’est un très beau cadeau au public des Nuits. Color of the trap, l’excellent premier album solo de l’ancien Rascals vient juste de sortir. Et puis, on ne verra plus Miles Kane de sitôt dans une salle d’une capacité réduite comme la Rotonde. Le chanteur et guitariste anglais revient certes cet été mais au Pukkelpop et sa tournée automnale risque de le voir jouer dans des salles plus grandes. Quoi qu’il en soit, c’est face à un public en or et généreux que le tout aussi généreux Miles Kane a défendu la quasi intégralité de son album. « Je ne me vois pas intégrer des chansons des Rascals dans mon set, nous confiait le jeune homme après son concert. C’est un projet nouveau, je ne veux pas semer la confusion ».

Encore plus musclé, plus ample et plus tendu qu’à l’Ancienne Belgique, Miles Kane, bien épaulé, rappelle John Lennon (dont il reprend le « Hey Bulldog » écrit pour les Beatles), Paul Weller, Stan Ridgway ou même Echo and The Bunnymen. Miles Kane, radieux de bout en bout, dégage une attitude résolument positive. Et contagieuse.

Philippe Manche

Voici sa setlist:
Invisible
King Crawler
My Fantasy
Rearrange
Quicksand
Counting
Telepathy
Midnight
Colour
Come Closer
Hey Bulldog
Inhaler

http://videos.lesoir.be/video/iLyROoafzNmO.html

Website: http://www.mileskane.com/


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>