Yodelice, pour plaire à tous

Jeudi soir, Cirque Royal : les Nuits Botanique offrent l’une des affiches les plus mainstreams de cette édition 2011. Le tour de chauffe est aux mains des Liégeois de Pale Grey, le kick donné par la pop folk des Français de Lilly Wood & The Prick… et le coup d’accélérateur définitif par Maxim Nucci alias Yodelice. Pour le plus grand bonheur d’un public nombreux. Et plutôt féminin, qui l’eût cru ?

A leur actif, les quatre jeunes gens de Pale Grey comptent déjà une première plaque, tout juste sortie chez Jaune Orange. Sur scène, ils arborent des polos qui rappellent le design de sa pochette tout autant que ces chansons intitulées « White », « Red », « Purple », « Orange » ou encore « Black », sorte de proto-disco. Tout ça fait pas mal de couleurs, sauf que l’arc-en-ciel ne brille pas des masses. Leur pop, marquée par de longues harmonies vocales, est proprette, appliquée, mais reste peu intense ou mémorable. Bref, ça ne casse pas trois pattes à un colvert.

Avec Lilly Wood & The Prick, on colle déjà plus à l’esprit global de cette soirée : oui, il existe des artiste français qui lorgnent méchamment vers l’Amérique pour leur inspiration et chantent même en anglais sans le moindre complexe. Quand débute le groupe de Nili Hadida et Benjamin Cotto, on est ainsi tout de suite fixé : « Hopeless kids » et autres « It’s ok » jouent avec le rock, le blues, la country, mais plus à la Alannah Myles qu’à la Willie Nelson. Ça ne massacre pas trop l’accent, contrairement aux petits rigolos de chez X Farceur. Et puis surtout, ça manie bien la provoc’ bon enfant, à propos de « This is a love song » : « On va vous chanter une chanson d’amour, si vous avez envie de faire des choses un petit peu sales, c’est le moment »… Bref, avec ces gimmicks, ces riffs qui restent bien dans l’oreille, ce son plus roots que sur le disque, cette basse ronde et élastique (« Down the drain »), la formation est taillée pour les festivals. Sur le coup de sept heures, un jus de houblon à proximité, on se surprendrait même bien à marquer le rythme de son 43 fillette, tiens.

Yodelice ? Sous ce pseudo se cache donc Maxim Nucci, Français disposant d’un vrai bagage musical, sauf qu’avant de renaître sous le chapeau boule et la plume de cette créature, il s’était plutôt manifesté dans un registre variétoche (Jenifer, L5, musique du film Alive, que du très périssable). Le garçon, qui compte Guillaume Canet parmi ses amis, a aujourd’hui deux albums en poche (Tree of life en 2009, Cardioïd en 2010), joue avec un trio batterie-violoncelle/contrebasse-guitare et se retrouve suivi par un public très féminin, genre 25 ans de moyenne, mais étonnamment moins hystérique qu’on pourrait l’imaginer.

Lui aussi regarde de l’autre côté de l’Atlantique. Tendance boogie-woogie (aux rappels, il arrive à faire danser les trois-quarts du Cirque), western sauce spaghetti (« Shadow boxing » et « White page » ont la guitare morriconienne), folk un peu dark/spooky et percussions tribales (« Wake me up »). Renversant ? Faut pas exagérer, c’est pas un autre Tom Waits ou un Dylan ! D’autant qu’avec ces compositions où la grosse caisse marque inlassablement le tempo, on croit de temps en temps entendre revenir la même chanson. Tout aussi indéniable est par contre le fait qu’il y a des personnages sur scène, qu’il s’y joue une sorte de voyage un peu théâtral, que personne ne se la pète mais au contraire s’amuse, et qu’au final, c’est pas ce qu’on a vu de pire en matière de grande audience. Non ?

Didier Stiers

19bota

Image 1 de 21

BRUXELLES : YODELICE AU CIRQUE ROYALLES NUITS DU BOTANIQUEPOUR LE SOIRPHOTO : ALAIN DEWEZ

Setlist Yodelice
- Breathe in
- Insanity
- Noise
- My blood is burning
- More than meets the eye
- Lady in black
- Alone
- Shadow boxing
- Free
- Sunday with a flu
- The other side
- Confession
- Wake me up
- Experience

Rappels
- Talk to me
- Wrap it up
- White page

Yodelice – “Sunday with a flu”

Yodelice – “More than meets the eye”

Lilly Wood & The Prick – “Down the drain”

Lilly Wood & The Prick – “Hey it’s ok” (@ Acoustic – TV5 Monde)


commenter par facebook

2 commentaires

  1. benjiman

    21 mai 2011 à 7 h 29 min

    on a pas du voir le même concert !,je n’ai pas vu de “grosse caisse” à son dernier concert à l’Olympia à Paris et autant de mecs dans la salle que de gonzesses….

  2. dury

    21 mai 2011 à 17 h 43 min

    Sorry, j’y étais jeudi soir et j’ai 2x 25 ans c’était une magnifique soirée avec des musiciens heureux d’être là, avec de l’excellente musique et un Maxim Nucci qui nous a proposé des morceaux variés et très au point (je l’ai déjà vu en 1ère partie de Vanessa Paradis) et franchement c’est de mieux en mieux…pour info si je voulais voir Dylan j’irai pas au Bota !!!!
    Bien à vous Mr Stiers

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>