Ce vieux bandit de Seasick Steve

Dans la série “On n’apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces”, ce bougre de Seasick Steve a démontré qu’il en avait encore sous le coude. Après trois morceaux, le guitariste américain à la gueule aussi cabossée que ses guitares se lève de sa chaise.

Arpente la scène et descend dans le public en claquer cinq à ses fans. Il est vrai que l’animal bénéficie d’un énorme capital sympathie. Et que beaucoup de jeunes gens et jeunes filles doivent découvrir pour la première fois ce véritable miraculé de la vie. Un miraculé qui se produit habituellement en duo, avec son “buddy boy” à la batterie. Un “buddy boy” à la tronche du “Dude”, le personnage incarné par Jeff Bridges dans “The Big Lebowski”.

Ca situe le potentiel d’un groupe plus que chaleureusement applaudi en fin de concert. Alors que John Paul Jones a une mandoline électrique dans les mains et attend patiemment le retour de son “patron”, Seasick Steve demande à une jeune fille dans le public de le suivre. Quelques minutes plus tard, voilà les tourtereaux sur scène. Et Astrid, c’est le prénom de la lauréate, d’être assise face au bluesman qui chante rien que pour elle un “Walkin’ man” ou l’histoire de sa vie.

Bien sûr, on rêverait un jour de voir d’autres canailles de cet accabit sur scène : André Williams en tête, mais un concert de Seasick Steve, rejoint pour une bonne partie du concert par le bassiste de Led Zeppelin, avouez quand même que c’est pas mal du tout.

Ph.Mn.

Seasick Steve à Werchter

Image 1 de 6

LE SOIR. WERCHTER. FESTIVAL WERCHTER. SEASICK STEVE. PHOTOS: THOMAS BLAIRON

Chroniques de Werchter :


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>