Elbow nous prend par l’épaule

Perso, on adore les Américains. Et Dieu sait si les formations du pays de l’oncle Sam sont présentes sur un festival comme Werchter. Mais ce samedi, c’est l’Angleterre au pouvoir. Notez, on s’en fout. Par contre, applaudir dans l’ordre Elbow, PJ Harvey et Portishead (oui, je sais, Coldplay aussi), avouez que c’est pas mal du tout. Ce sont quand même des formations assez exaltantes.

Elbow, avec quatre cordes, superbes, a surtout fait la part belle à son dernier album “Build the rockets boys!”. Un disque inspiré qui flirte par moment du côté de Peter Gabriel. Elbow, c’est aussi son leader, Guy Garvey, l’homme affable avec qui on a envie de passer une nuit dans un bar à papoter musique, films, bouquins tout en refaisant le monde. Il se dégage de cette formation du Nord de l’Angleterre (vingt ans d’activité, respect), une humilité et surtout quelque chose de très sain.
Histoire d’être ou en tout cas essayer d’être le plus honnête possible, un sentiment d’uniformité s’instaure progressivement et on quitte la plaine pour se réfugier dans un Marquee pas trop rempli pour Bright Eyes, dont nous parle notre ami D.S. pas plus tard que dans pas longtemps.

Ph.Mn.

Portishead à Werchter

Image 1 de 2

LE SOIR. WERCHTER. FESTIVAL WERCHTER. PORTISHEAD. PHOTOS: THOMAS BLAIRON



commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>