Damon Albarn, le magicien anglais

Damon Albarn présente au festival de Manchester un opéra inspiré par la vie de “Doctor Dee”. Une nouvelle facette du leader de Blur et de Gorillaz. Et un retour aux sources british.

Un corbeau passe sur la scène du très beau théâtre Palace à Manchester. Dans l’intimité de cet écrin doré, Damon Albarn, perché sur un escalier surélevé, entame deux mélodies à la fois tristes et apaisées: “The Reigning Queen” et “Apple carts”. Deux morceaux qui circulent déjà sur YouTube. Tandis que les notes s’envolent, les acteurs défilent, se présentent. Il y a des drapés du 16e siècle, des corbeaux figurés, des demoiselles portant des ballons avec un drapeau britannique, tout un univers magique et étrange. C’est le début d’un fascinant opéra contemporain. Nom de code: “Doctor Dee”, un personnage clé de la Renaissance britannique. Un magicien. Comme Albarn.

“Doctor Dee”, c’est la nouvelle expérience du leader de Blur et de Gorillaz, présentée jusqu’au 9 juillet en première mondiale à l’occasion du festival de Manchester. Cet opéra a été composé par Damon Albarn en collaboration avec Rufus Norris, directeur associé au théâtre national de Londres, un metteur en scène britannique réputé à qui l’on doit notamment une version de “Tintin”. Ce travail s’inscrit dans la lignée du premier opéra écrit par Damon Albarn, “Monkey”, présenté en première à Manchester là aussi avant de filer au téâtre du Chatelet à Paris. Cette épopée chinoise remonte à 2007, en collaboration avec son compère de Gorillaz Jamie Hewlett, en collaboration avec l’orchestre symphonique de Pékin.

Mais “Doctor Dee” marche aussi sur les traces d’une autre initiative d’Albarn, l’homme orchestre d’Albion: The Good The Bad & The Queen, ce super groupe créé en 2006 pour un album avec Paul Simonon, guitariste des Clash, et Simon Tong, guitariste de The Verve. Sans oublier l’éternel complice Tony Allen, percussionniste pionnier de l’afrobeat, qui participe d’ailleurs à l’aventure “Doctor Dee”.

“Après dix années passées à découvrir les autres cultures du monde, Doctor Dee est pour moi un retour aux sources britanniques“, précisait Damon Albarn au “Guardian“. L’artiste a multiplié les projets avec le Maroc, la Syrie, l’Aftrique subsaharienne, la Chine… Le voilà de retour “at home”. C’est tellement vrai qu’il travaille pour l’occasion avec l’orchestre symphonique de la BBC. Doctor Dee est un personnage fameusement british.

Né en 1527, il fut l’un des acteurs les plus extravagants d’une Grande-Bretagne alors en pleine rupture avec le Vatican. Désireux de maîtriser tous les savoir du monde, cet intellectuel était un magicien, un mathématicien, un astrophysicien, un littéraire, mais aussi un proche de la reine Elizabeth pour qui il a créé… un réseau d’espionnage. L’homme voulait connaître tous les horizons de l’univers. Il s’est perdu en route et a fini sa vie en pleine déchéance.

Sur scène, les arabesques complexes et dramatiques de Doctor Dee délivrent des moments de pure magie. Une mise en scène simple, des chants prenants, des instruments d’époque… Le compositeur Albarn accompagne chaque instant de mouvements frénétiques quand il ne chante pas accompagné de sa guitare. Le magicien, au fond, c’est lui. “Je ne voulais pas faire un album, avouait-il en présentant le projet, mais je me suis laissé porté par cette histoire.” Intarissable, Damon Albarn laisse sur sa route un nouvel avatar étrange, passionnant, et une quinzaine de chansons marquées, cette fois, par une sorte d’intensité grave. Celle du temps qui passe…

Britain Damon Albarn Opera

Image 1 de 6

Blur and Gorillaz singer Damon Albarn, right, performs alongside Victoria Cooper during his latest opera, Dr Dee, at the Palace Theatre during the Manchester International Festival, in Manchester, England Thursday, June 30, 2011. The musical work is based on Elizabeth I's medical and scientific adviser, Doctor John Dee a 16th Century alchemist, astrologer and spy. (AP Photo/Jon Super).

Olivier Mouton
à Manchester

http://www.youtube.com/watch?v=R_LAoGrwy3g

http://www.youtube.com/watch?v=UxiYHTOE17A


commenter par facebook

1 commentaire

  1. Mr Wang

    4 juillet 2011 à 15 h 02 min

    Un Damon Albarn fidèle à lui-même: toujours surprenant, inventif et qui sait s’entourer…

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>