Your song 1# : Walk on the wild side, Lou Reed

reed

Le rock et le sexe, c’est une vieille histoire. Lou Reed et le sexe aussi. Son seul véritable succès commercial, ce n’est pas aux petits oiseaux ou à sa maman qu’il le doit, c’est au très subversif Walk On The Wild Side tiré de l’album Transformer paru en 1972, et produit par David Bowie et Mick Ronson, qui eux non plus n’étaient pas des novices en matière de gaudriole. Bowie a brillamment mixé le titre alors que Ronson a eu l’idée géniale des cordes suspendues sur une seule note aiguë pendant toute la fin du morceau.

Walk On The Wild Side, c’est le Tu Montes Chéri ? mais en plus imagé : Fais quelque chose de dingue, Encanaille-toi, quelque chose dans le genre. Ben oui, c’est le langage des prostituées avec leurs clients. Le ton est donné !

Les 5 couplets qui composent la chanson évoquent le portrait de 5 icônes trash de la Factory d’Andy Warhol, où Reed avait ses habitudes. Dans l’ordre : Holly, Candy, Little Joe, Sugar Plum Fairy et Jackie.

Holly, de son vrai nom Haraldo Santiago Franceschi Rodriguez Danhakl, a quitté son Miami natal, « Miami FLA », le FLA signifiant Florida, en autostop. Il en a profité pour changer de look et de sexe, « and then he was a she ». Cette drag queen sera la star de Trash, le film d’Andy Warhol.

Candy, James Lawrence Slattery à l’état civil, fut lui aussi ou plutôt elle aussi la vedette de plusieurs projets de Warhol et de son acolyte Morrissey. C’est elle qui, littéralement, ne perdait jamais la tête « neverlost her head » même lorsqu’elle pratiquait une fellation « even when she was giving head ». Giving Head, une expression heureusement ignorée des censeurs de l’époque. Cette Candy a dû lui faire beaucoup d’effet vu qu’il lui avait déjà rendu hommage quelques années auparavant avec le Velvet dans le magnifique Candy Says.

Little Joeest sans doute le plus connu d’entre tous, il s’agit de Joe D’Alessandro, la grande star de la Factory, la vedette des films Trash, Flesh et Heat. « Little Joe never once gave it away, Everybody had to pay and pay », cela signifie qu’avec lui, le sexe n’était jamais gratuit ! Confirmation avec « A hustle here and a hustle there », le mot est lancé, D’Alessandro se prostituait.

Sugar Plum Fairy, c’est Joe Campbell, un acteur gay un peu paumé qu’on a pu voir dans quelques productions de la Factory. Le linguiste notera que « fairy » est un terme argotique assez méprisant pour désigner les gays.

Enfin, Jackie, John Holder Jr sur sa carte d’identité, vient compléter la liste de ces comédiens à la sexualité trouble. Le couplet fait allusion à son addiction aux drogues dures. Le terme « speeding away » renvoie à James Dean « thought she was James Dean for a day ». Le speed c’est la vitesse ou la drogue, et le crash « Valium would have helped that bash », c’est l’accident ou la descente…

He bien voilà, la sainte trinité de Lou Reed est réunie : du sexe, de la drogue et du rock and roll, bien avant Ian Dury.
Et au final, Lou Reed nous prouve qu’on peut sortir de tout ça. Il coule aujourd’hui des jours plus calmes avec Laurie Anderson.

[youtube nAHRAKQMfzA]

Walk on the wild side (Lou Reed)

Holly came from Miami, FLA
Hitch-hiked her way across the U.S.A.
Plucked her eyebrows on the way
Shaved her legs and then he was a she
She says, “Hey, babe
Take a walk on the wild side”
She said, “Hey, honey
Take a walk on the wild side”

Candy came from out on the Island
In the back room she was everybody’s darling
But she never lost her head
Even when she was giving head
She says, “Hey, babe
Take a walk on the wild side”
Said, “Hey, babe
Take a walk on the wild side”
And the colored girls go
“Doo do doo do doo do do doo . . .”

Little Joe never once gave it away
Everybody had to pay and pay
A hussle here and a hussle there
New York City’s the place
Where they said, “Hey, babe
Take a walk on the wild side”
I said, “Hey, Joe
Take a walk on the wild side”

Sugar Plum Fairy came and hit the streets
Looking for soul food and a place to eat
Went to the Apollo
You should’ve seen them go, go, go
They said, “Hey, sugar
Take a walk on the wild side”
I said, “Hey, babe
Take a walk on the wild side”
All right, huh

Jackie is just speeding away
Thought she was James Dean for a day
Then I guess she had to crash
Valium would have helped that bash
Said, “Hey, babe
Take a walk on the wild side”
I said, “Hey, honey
Take a walk on the wild side”
And the colored girls say
“Doo do doo do doo do do doo . . .”


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>