Comment les festivals de plein air gèrent la pluie

Depuis dix ans, le nombre de festivals en plein air a explosé en Belgique. Et pourtant, le pays n’est pas toujours béni des dieux du ciel l’été. Ou alors à l’eau bénite, à pleins sceaux plutôt qu’au goupillon. Et si, à Dour, ça donne d’orgiaques bains de boue, symbole de tout festival de rock belge qui se respecte, dans d’autres lieux moins désinhibés, la pluie fait tourner les organisateurs en bourrique.

Sur ce point, ils sont unanimes : la météo est de plus en plus capricieuse. « Il y a 25 ans, il faisait plus froid mais le temps était plus stable, affirme Patrick de Longrée, producteur du spectacle dans les ruines de l’Abbaye de Villers la Ville où Le Nom de la Rose démarre ce soir, si le ciel le permet. Maintenant, on a plus de pics de chaleur avec des orages plus fréquents et plus violents. »

Même constat d’imprévisibilité du côté de Quentin Bogaerts, organisateur d’événements musicaux de plein air, dont les Musicales de Beloeil : « En juillet dernier, pour le concert d’ouverture de la présidence belge de l’union européenne, au Château de Laeken, on avait prévu 4.000 plaids et 3.000 parapluies et finalement, le matin, on a du commander 4.000 bouteilles d’eau ! »

Quant à David Michels, directeur des Galeries, qui emmène chaque année sa troupe de comédiens faire la Tournée des Châteaux, il constate une nette dégradation : « Avant, on avait des étés généralement beaux avec quelques jours pluvieux. Maintenant, on a des inquiétudes de pluie sur toute la tournée, de juillet à septembre. »

Une tendance mouillée qui n’a pas douché l’enthousiasme du public. « Les gens ont simplement pris l’habitude d’emporter cirés et parapluies, sourit David Michels. Pour la Tournée des Châteaux, nous avons une formule légère, sans décors, ce qui fait que l’on s’adapte facilement. »

On se souvient en effet, il y a quelques années, par une soirée arrosée, avoir déménagé en pleine représentation à l’abri d’une grange, pour regarder, debout, les pieds dans la paille, les comédiens poursuivre leur Feydeau au milieu des effluves d’écurie. Un moment magique !

L’allié, c’est l’IRM

Même système D pour le festival « Bruxelles fait son cinéma », sillonnant les quartiers à la manière des cinémas itinérants d’autrefois. Si l’écran plastifié peut braver la pluie, et que le projecteur reste sec à l’abri de la camionnette, les communes s’organisent souvent pour trouver des solutions de repli en intérieur. Résultat : aucune annulation en 11 ans d’existence !

Le meilleur allié du festival de plein air ? L’IRM. « Leurs radars sont d’une précision redoutable, » confirme le directeur de la Tournée des Châteaux. A Villers-la-Ville, la décision est prise à 19 h, et le public informé en téléphonant à l’organisateur. Si le spectacle est annulé, il est reporté au jour de relâche qui suit. Si les spectateurs ne sont pas libres, on leur propose une autre date ou on les rembourse.

« Pendant les dix premières années, on s’est assurés contre la pluie, se souvient le producteur. Et puis on a fait le bilan de ce que ça nous coûtait par rapport aux interventions de l’assureur : la balance était déficitaire. On fonctionne donc autrement : on provisionne nous-mêmes pour couvrir les risques, pour une moyenne de 2 à 3 annulations par été. Chaque jour, avec les radars, on étudie la possibilité de pluie entre 21 et 24 h. S’il y a un risque, on annule, même s’il fait plein soleil à 19 h. Même pour une pluie fine. On ne veut pas prendre le risque de glissade pour les comédiens. »

Aux Musicales de Beloeil par contre, pas d’annulation puisque l’événement ne dure qu’un jour. Alors, on sort de grands parasols pour protéger les musiciens. « Il y a neuf scènes qui jouent, chacune, toutes les heures entre 15 h 30 et 22 h 30. S’il pleut des cordes, on attend que l’averse passe et on reprend : le temps change vite chez nous. Et en Belgique, il faut plus que le crachin pour dissuader les foules ! »

Catherine Makereel


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>