Chauds Hoquets

Ils chantent les frites et la bière, les Hoquets. On pense « surtout la bière », et probablement d’autres substances aussi : comme tous les ans, le vendredi midi à Dour, c’est le jour d’après. Le site ne ressemble plus à une décharge (de ce côté-là, les efforts et la communication des organisateurs ont été payants), mais par contre, côté affluence, c’est un peu le désert post-nucléaire. Le trio bricolo démarre donc devant une poignée de fidèles et de curieux…

Qu’auront raté les absents ? Ceux qui passent la journée à comater sous tente ? A faire la chasse au Dafalgan ? Les courses au Colruyt ou au Carrefour de Dour ? A prendre des douches au car-wash ? Eh bien c’est simple : le trio en grande forme !

En plus explicite, ça donne ceci :  McCloud dans un très joli marcel bleu, des festivaliers qui pogotent gentiment sur « Charleroi », des premiers rangs qui embrayent sur la danse des « Chauds boulets » (on dirait un cours de Véronique & Davina), des sourires, quelques regards incrédules d’égarés qui battent tout aussi vite en retraite, la traditionnelle « Couque de Dinant » et on en passe…

Au moment où on se dit qu’on n’aura pas droit à « Tchantchès » vu que les trois bricoleurs s’en sont allés, ils reviennent, admettent qu’il s’agit du plus mauvais rappel qu’ils ont jamais eu (sic) et s’exécutent… dans une version un peu punky tribale. Ah oui, dernière précision : les absents auront aussi loupé la vente des CD à même le sol du Dance Hall.

Didier Stiers


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>